AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Entre Narel et les montagnes

Aller en bas 
AuteurMessage
Wonsul
Jaehr
avatar

Nombre de messages : 27
Age : 34
Date d'inscription : 25/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Enchaineur
Niveau:
0/15  (0/15)
Inventaire:

MessageSujet: Entre Narel et les montagnes   Mer 4 Fév - 23:23

[HRP]Suite de La Tourelle[/HRP]

Amalthéa et Wonsul avaient marché toute la nuit au pas chasseur, alternant moments « courus » et moments marchés pour progresser plus vite et se reposer en même temps. Ca n’était pas une sinécure, le Jaehr était peut être un peu trop sévère avec la demoiselle qui le suivait, ne relâchant pas le rythme, mais c’était qu’ils avaient du chemin… Et des poursuivants potentiels. Pendant ces quelques heures, ils avaient croisé plusieurs routes et chemins (déserts, ouf, mais normal vu l’heure), évité soigneusement les auberges et autres maisons isolées, et pour plus de sécurité (on était jamais trop prudents !) avaient remonté le courant d’un petit ruisseau glacé en marchant dans l’eau vive. Ah oui, ça gelait les pieds, mais question paranoïa, Wonsul était rassuré.

Enfin, les premiers rayons du soleil éclairaient l’horizon. Si la fuite de la princesse n’avait pas encore été découverte, ça allait bientôt être le cas. Les montagnes étaient loin, plus loin qu’il l’avait pensé, mais ils n’en avaient jamais été aussi près… Piètre consolation ! Les muscles des jambes du Jaehr étaient maintenant douloureux plus que courbaturés. Les derniers jours n’avaient pas été de tous repos, c’était un fait, et puis il avait faim, bigrement faim. Comme ça avait été le cas dans le bosquet, son ventre se remit à gargouiller. De toute façon, c’était automatique : dès qu’il pensait à de la nourriture, son estomac se mettait à geindre…

Peut être étais-ce le temps pour une pause, une vraie ? Là où ils étaient arrivés, une petite falaise de quelques mètres de haut les surplombait sur leur droite. De là haut, ils pourraient observer l’horizon et seraient quand même dissimulés par la végétation.

« On va faire une pause là haut »

Ce n’était pas une question. La jeune femme suivait bien, elle était de bonne condition physique, mais elle devait aussi en avoir plein les jambes : une nuit blanche, une marche forcée… Ca ne devait avoir rien d’agréable. Et puis lui aussi voulait une halte, alors hop, quand le guide dit, on fait ! Là haut, ils seraient très bien. Juste le temps de monter… Et une dizaine de minutes plus tard, ils y étaient. D’un côté, la falaise était un mur torturé de pierre grise, de l’autre elle descendait en pente douce et boisée vers la suite de leur route. Mais pour l’instant, assis !

Wonsul se laissa tomber avec plaisir au sol, dans un cliquetis de chaînes. Pendant le trajet il les avait enroulées, une autour de ses hanches, l’autre sur une épaule, à portée de main. Un Jaehr n’était pas la plus forte des créatures, ses membres n’étaient pas puissants, ses muscles trop secs, ses tendons trop longs et les os de ses poignets trop saillant. Ils étaient faits pour la distance, pas pour l’effort bref mais intense. Les enrouler comme les autres enchaineurs autour des bras en permanence aurait été une torture, alors il avait adapté sa façon de les porter. Assis par terre, enfin au calme (temporairement), il prit une minute pour observer ses nouvelles armes. Décidément c’était de belles pièces. Amalthéa ne s’était pas fichu de lui.

« Merci »

Il avait remonté son regard sur la jeune femme. Ils n’avaient pas beaucoup parlé pendant la marche, de toute façon pour dire quoi ? Alors que pensait elle maintenant de sa liberté ? Ca n’était pas un tableau des plus idyllique là. La nuit, la marche, etc etc. Et dire qu’elle aurait pu être tranquillement encore en train de dormir dans un grand lit bien mœlleux. Ca ne tentait pas Wonsul mais il entrevoyait parfaitement les avantages du confort. Dans une heure ou deux une servante serait entrée, bienveillante, pour ouvrir les volets, la réveiller calmement… Lui apportant un plateau de petit déjeuner…

<< Grrrrrrrrouuuïïccc ! >>

Et voilà… la réaction habituelle. Il se donna encore une fois un coup de poing sous les côtes (pas fort hein, juste ferme). Son estomac, c’était comme un animal mal élevé, un peu dur de la feuille, et pas très intelligent. Il n’y avait que les coups pour le faire taire… Ou répondre à ses envies, au choix !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saphyrr.deviantart.com/
Amalthéa
Humain
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 28
Date d'inscription : 18/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Princesse de Tarrhal
Niveau:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Entre Narel et les montagnes   Jeu 5 Fév - 2:08

Amalthéa avait trouvé les premières heures particulièrement difficiles. Peu habituée à devoir faire de la marche forcée, les muscles de ses jambes lui brûlèrent pendant les premières puis la douleur s'atténua à force que son corps s'habitue à la cadence. Son souffle qui était devenu haletant reprit progressivement plus normalement. La jeune fille observait son guide de dos. Il était élancé et grand, beaucoup plus grand qu'elle. Il était visible qu'il avait un peu plus de muscles que les jaehrs normaux, mais elle restait tout de même fine. En fait, la princesse le trouvait plutôt agréable à regarder même s'il n'était pas de sa race et qu'ils y avaient maintes différences entre les humains et les jaehrs. Amalthéa avait moins d'attirance pour les grosses brutes. Non point qu'il lui plaisait, seulement, elle était heureuse de ne pas se trouver en trop hideuse compagnie.

L'épreuve de l'eau glacé fut plus difficile. Sa peau était sensible et le froid intense était difficile à supporter. Elle le fit néanmoins dans se plaindre. La jeune fille fut heureuse de sortir de là. Amalthéa finit par suivre dans un état second. Silencieuse et les yeux rivés sur son guide, elle le suivait en évitant machinalement les obstacles. Quand elle vit les premières de l'aube, elle sentit son coeur s'emballée. Plus que quelques minutes avant que les gardes et la servante découvrent le pot-aux-roses. Ensuite, ils la rechercheraient. Amalthéa eût un faible sourire puis revint brutalement à la réalité. Le jaehr venait de s'arrêter et lui mentionna qu'ils feraient une pause juste en haut de la colline. Elle acquiesça même s'il reprenait déjà la route.

Dix minutes plus tard, Wonsul se laissait tomber par terre. Même si elle avait envie de faire de même, Amalthéa s'assit plus dignement après avoir enlevé sa cape. Ses vêtements soulignaient magnifiquement sa taille de guêpe. Son pantalon adhérait à ses jambes fines, mais fortes et son corset rehaussait sa taille et sa poitrine. Elle s'assit doucement. Elle remarqua que Wonsul examinait les armes à nouveau. Elle sourit distraitement puis tourna son visage vers lui quand il la remercia. Ses yeux brillaient de bienveillance et un peu de malice.


- Non, c'est moi qui vous remercie. Je sais que les jaehrs n'aiment habituellement pas la compagnie des gens des autres races. Et moi, je me suis un peu... imposée.

Amalthéa ouvrit son sac et se mit à fouiller dedans. Elle avait l'air exténué, mais déterminé à rester éveillée. La jeune fille releva le regard quand elle entendit le grondement sauvage de l'estomac du jaehr. Elle écarquilla les yeux, surprise d'entendre si clairement un estomac grondé malgré la distance. Elle cilla quand il se frappa le ventre pour le faire taire. La princesse s'approcha.

- Oh! Mais ne faites pas ça!

Elle avait l'air outré de son geste. Elle chercha avec plus de vivacité dans son sac et finit par en sortir un gros morceau de viande avec un peu de pain et une gourde. Elle tendit le tout au jaehr avec un sourire. Amalthéa savait qu'il n'aimait pas les contacts, alors elle fit en sorte qu'il ne puisse pas même l'effleurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wonsul
Jaehr
avatar

Nombre de messages : 27
Age : 34
Date d'inscription : 25/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Enchaineur
Niveau:
0/15  (0/15)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Entre Narel et les montagnes   Ven 6 Fév - 18:30

Spoiler:
 

La jeune femme avait été silencieuse pendant tout le trajet, ne pipant mot, se contentant de marcher, et ce n'était que mieux. Perdre son souffle en bavassant était incompatible avec leur besoin de s'éloigner rapidement. C'était lui qui avait brisé leur silence en la remerciant pour ses armes et il la regarda s'installer. Maintenant qu'il faisait jour, il voyait mieux sa tenue. C'était idéal pour la mettre en valeur sans faire trop ostentatoire, mais finalement ça n'avait pas l'air tellement pratique pour vivre dehors définitivement. Mais ça n'était peut être pas le but de la demoiselle, elle ne se la jouerait peut être pas femme des bois. Certainement pas en fait. Ca aurait été une transition radicale. C'était un beau brin de fille, un joli corps, pour ce qu'il pouvait apprécier de l'anatomie humaine. Elle était bien proportionnée, avec un joli visage. Elle manquait de piquant, d'originalité aussi à son goût, mais c'était normal. Les goûts et les couleurs… Et puis ils n'étaient pas de la même race, ils n'étaient pas faits naturellement pour se "fréquenter".

Citation :
Et moi, je me suis un peu... imposée

Il ne répondit que par un petit ricanement, constatation et acquiescement se résumaient dans ce bruit de gorge bref. Ouais, elle s'était imposée. Mais au final ça n'avait pas été un mal, il y avait gagné, alors il ne pouvait rien ajouter de plus à sa phrase. Et puis de toute façon son estomac avait répondu pour lui. Lorsqu'elle s'approcha, il la regarda avec des yeux qui s'agrandirent : elle voulait quoi? Pourquoi avait-elle cet air outré? Quoi ne pas faire ça? Il faisait c'qu'il voulait à son ventre, non mais. Il la laissa fouiller sans rien dire. Au fond, son gargouillis allait lui faire parvenir ce dont il manquait : de la nourriture.

La Princesse sortit les provisions qu'elle avait promis d'emporter. C'était simple, mais consistant. Conservable, parfait pour le voyage. Il accepta la viande qu'elle lui tendait, la récupérant en hochant la tête. Il avait remarqué qu'elle lui tendait le tout avec retenue, pour ne pas qu'ils aient à se frôler. Elle apprenait vite. Il posa la gourde au sol devant lui (entre eux), mais refusa poliment le pain. Il ne l'aurait pas savouré, alors autant le lui laisser entier. Après avoir épousseté du revers du bras une pierre d'ardoise plate il l'invita à le poser dessus si elle le voulait. Ca leur servirait de table improvisée.

C'était un paquet de viande de voyage, plusieurs lamelles épaisses séchées et salées pour les conserver le plus longtemps possible. Ca n'était pas le péché mignon du Jaehr, mais ça serait un apport de protéines (et d'énergie) très appréciable. Le paquet était enroulé dans un bout de tissu, fermé par quelques tours de ficelle et il mit quelques secondes à défaire le nœud serré. Enfin il put mordre à pleines dents dans la première lamelle. La viande était bonne, très salée, mais savoureuse. Elle était par contre un peu coriace, parcequ'un peu filandreuse, mes ses crocs coupaient dedans sans aucun problème. Il goba ainsi deux ou trois lamelles, et puis se décida enfin à proposer le reste à Amalthéa. Il n'était pas vraiment habitué à partager, surtout la bouffe... Il posa donc la viande sur la pierre plate, le tissu dessous pour éviter la poussière.

"Alors, tu penses quoi de tes premières heures de liberté? Ca ne ressemble pas trop au tableau idyllique que tu t'en faisais pour le moment, non?"

D'un mouvement rapide (finalement il avait un remords et il en resterait quand même), il reprit une autre lamelle de viande, puis ramassa la gourde.

”Les humains ne sont pas faits pour la vie sauvage, ils sont mieux parmi leurs semblables, mais ils sont résistants, alors quelques temps confronté aux éléments ça devrait être supportable.”

Il avait parlé à la troisième personne du singulier « Les humains […] Ils » par habitude, sans vraiment se rendre compte que les humains dont ils parlaient si évasivement comptaient une de leurs représentantes juste devant son nez… Wonsul porta le bout de barbaque à sa bouche, et prit la gourde dont il entreprit de dévisser le bouchon. Il devait boire pour désaltérer sa gorge asséchée par le sel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saphyrr.deviantart.com/
Amalthéa
Humain
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 28
Date d'inscription : 18/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Princesse de Tarrhal
Niveau:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Entre Narel et les montagnes   Ven 6 Fév - 18:58

Amalthéa mangeait le pain en silence, l'air un peu distante. Elle réféchissait à la direction à prendre. Elle savait qu'il n'y avait qu'une route qui menait à Narel. S'ils la suivaient en sens inverse, ils avaient toutes les chances de croiser Seltyna et les énergumènes qui l'accompagnaient. C'était un plus avec Narel. La ville était isolée et il n'y avait qu'un chemin pour s'y rendre. La jeune fille sourit tristement. C'était pour cette raison qu'on l'avait emmené là après la chute de son royaume en cette nuit fatale. Elle observa distraitement le jaehr en train de dévorer sa nourriture. Il devait avoir vraiment faim pour manger avec tant d'appétit.

Fusant de nulle part, il lui posa une question qui la déstabilisa légèrement. Elle prit la peine d'avaler sa bouchée et ouvrit la bouche, mais il poursuivait sur sa lancée. Elle le laissa terminer, le fixant avec un mélange d'incompréhension et d'étonnement. Son détachement avait quelque chose de blessant, mais de fascinant, comme s'il ne se liait à rien. Il était vraiment libre, lui. Amalthéa sourit en refusant gentiment la viande qu'il partageait à contre coeur. Elle avait bien mangé le soir dernier et tiendrait plus longtemps que lui.


- Je croyais que ça me ferait un effet extraordinaire, mais je crois que je suis trop... terre-à-terre pour jouir entièrement de la liberté. Je sais ce à quoi je suis destinée. Je l'accepte. Ce que je ne supportais plus, c'était d'être enfermée dans cette tour, confinée à l'inertie quand le temps fuit entre mes doigts.

La princesse prit une nouvelle bouchée en levant les yeux vers l'horizon. Le rayon de soleil semblait toucher sa peau avec timidité, comme s'ils se sentaient coupables de le faire. Amalthéa ferma les yeux un bref instant puis poursuivit :

- Mais je vous serai éternellement reconnaissante de m'avoir aidé. J'ai une dette d'honneur envers vous désormais.

Elle prit une nouvelle bouchée après avoir eu un sourire léger.

- Ne prenez pas les humains de si haut. Nous ne sommes pas tous pareils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wonsul
Jaehr
avatar

Nombre de messages : 27
Age : 34
Date d'inscription : 25/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Enchaineur
Niveau:
0/15  (0/15)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Entre Narel et les montagnes   Lun 16 Fév - 13:51

Spoiler:
 

La jeune femme avait commencé à manger en silence, et Wonsul n'avait pas vraiment détaillé l'expression son visage alors qu'il parlait. Si il l'avait fait, il aurait peut être vu son air étonné et quelquepeu blessé. Oui, ses paroles avaient été un peu crues, mais il ne s'en était pas aperçu. Et de toute façon, il ne s'en serait pas tut pour autant. En tout cas, il sourit, satisfait, lorsqu'elle refusa la viande, dévoilant ses « jolies » canines blanches. Une autre lamelle de viande séchée finit encore dans son estomac alors qu'il venait à peine d'ouvrir la gourde.

Il porta le goulot à sa bouche, avalant quelques gorgées d'eau claire et encore fraiches grâce à l'air de la nuit. Elle aurait le temps de réchauffer pendant la journée et ce serait bien moins désaltérant, il fallait en profiter maintenant. Pendant ce temps la princesse lui répondait. Elle lui confirmait ses pensées, mais pas avec le ton de voix déçu auquel il s'était attendu. Non, elle avait l'air satisfaite, mais un peu fataliste. Sa destinée? Quelle était-elle? Pondre des rejetons de sang bleu dans un quelconque château aux murs épais? C'était un peu déprimant, il n'imaginait pas pouvoir supporter ça... Mais bon, de toute façon il n'aurait jamais à le vivre. Merci les hasards de la génétique qui avaient fait de lui un mâle...

Amalthéa continuait à manger et Wonsul reposa la gourde en soufflant un coup pour réchauffer sa gorge refroidie par l'eau fraiche. Puis ce fut à lui de la regarder avec étonnement, lorsqu'elle avoua lui être redevable. Une dette d'honneur... Ah, l'honneur. L'honneur a tué des millions de gens mais n'a jamais sauvé personne. C'était un concept tellement abstrait, et puis surtout tellement fragile. Enfin, si elle pensait ainsi, autant ne pas la contrarier, ça lui serait sans doute utile. Il reposa la gourde avant de terminer sa viande. Elle n'en voulait pas, il ne fallait pas gâcher la nourriture...

Il était encore en train de mâcher (un morceau trop gros qu’il avait pensé pouvoir terminer plus rapidement… Peste soit de sa gournmandise) lorsqu'elle sourit. « Les humains n'étaient pas tous pareils ».... Il entreprit de finir d'avaler la grosse lamelle de viande et se donna deux coups dans le plexus pour faire passer le tout plus vite et ne pas avaler de travers. Après avoir repris son souffle, il ne put s'empêcher de répondre à la phrase de la jeune femme.

"Oui, c'est vrai. Tous les humains ne sont pas pareils. Il y en a qui m'ont traité de monstre, m'ont enfermé dans une cage... D'autre qui m'ont couru après avec la ferme intention d'accrocher ma tête empaillée sur leur mur... Quels charmants personnages..."

Wonsul cessa de parler après ces paroles acides pleines de fiel. Son ton avait été ironique et un peu trop dur, et il ne savait pas pourquoi il avait eu envie de répondre ça. Qu'est ce qu'elle en avait à faire la princesse de ce qui lui était arrivé? Rah, il aurait mieux fait de se taire, il n'avait pas envie qu'elle connaisse son passé, encore moins qu'elle en ait pitié. Maintenant, c'était lui qui était mal à l'aise d'avoir raconté tout ça, pas d’avoir été encore une fois médisant avec la race humaine, mais plutôt de s’être confié sans raison. Il se leva, plus par besoin de chercher un dérivatif, de changer la conversation, que par réel besoin de se dégourdir les jambes, qui d'ailleurs étaient encore un peu roides. Après un coup d'œil à Amalthéa, il se sentit obligé de rajouter un mot pour dédramatiser ses paroles.

"Non, mais je sais que les humains ne sont pas tous les mêmes, et ne sont pas tous comme ça. Il y en a de très fréquentables, voire de très agréables à vivre, j'en suis certain, même si tu n'es que la seconde avec qui j'ai une conversation qui ne dégénère pas au bout de quelques secondes. Tu m'excuseras, j’ai tendance à ne croire que ce que je vois et j'ai de mauvais à priori... "

Il fit une petite pause.

"Et puis ce n'est que justice par rapport aux à priori qu'on a sur ma propre race, un simple retour des choses."

Il eut un sourire. Ouais, il avait des préjugés alors que ses détracteurs en avaient aussi sur lui. Les clichés avaient la dent dure, et il ne faisait rien pour les contredire, certes. Maintenant qu'il était debout, il regarda les alentours d'un œil distrait, mais son regard fut attiré par l'arbuste qui se trouvait à quelques pas. Il se dirigea vers lui, tendit la main vers ses branches, et revint vers Amalthéa avec plusieurs petits fruits verts à la peau épaisse. Des pommes sauvages. Il les posa au sol, en gardant une seule. Elles étaient petites, dures, très acides, mais ce serait parfait pour ce qu'il comptait en faire. Mordant dedans à plusieurs reprises, il nettoyait ses dents dans la chair juteuse. Puis, sans avoir consommé sa chair, il jeta le fruit au loin. Les fruits, ça n'était pas assez nourrissant à son goût. Et puis ça pouvait filer mal au ventre quand on en mangeait trop, alors ça ne lui servirait pas à autre chose qu’à nettoyer ses crocs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saphyrr.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre Narel et les montagnes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre Narel et les montagnes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
» Relations entre Politique, CIA et le Sida

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ancienne Version-
Sauter vers: