AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La tourelle

Aller en bas 
AuteurMessage
Amalthéa
Humain
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 28
Date d'inscription : 18/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Princesse de Tarrhal
Niveau:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: La tourelle   Lun 2 Fév - 1:32

Amalthéa était dans la tourelle qui avait vu passé 3 ans de sa vie. Trois ans déjà qu’elle se morfondait, prisonnière de cette cage qu’elle ne pouvait quitté qu’en de trop rares occasions. Il lui était interdit de quitter la tourelle sans être accompagnée et il lui était interdit également d’aller dans la ville. Il fallait que le moins de gens possibles soient au courant de sa présence ici. Ses gardiens prenaient cette mission de sécurité tant à cœur que parfois, elle avait l’impression qu’ils étaient en train d’en devenir fous. Elle n’était jamais assez en sécurité à leurs yeux et elle craignait que bientôt ils fassent condamnés les fenêtres et l’enferment au sous-sol. Or, la jeune fille avait cruellement envie de liberté et de reprendre ce qui lui avait été volé.

Lentement, la princesse monta à sa chambre, prenant garde de ne pas trébucher dans les escaliers. Aussitôt dans la pièce, elle ouvrit la fenêtre et prit place sur son rebord. Le vent soufflait avec violence comme toujours. Ses yeux se portèrent sur les hautes tours qui abritaient les hauts mages de cet endroit. Ils étaient seuls à vivre ici, eux et elle. D’ailleurs qui voudrait vivre ici ? Le paysage était d’une morosité effrayante et le soleil ne venait presque jamais caresser la citée de ses rayons. Il n’y avait que les mages pour ne pas s’en soucier ; ils avaient toujours le nez dans leurs bouquins poussiéreux de toute façon !

La mésange qu’Anisse, l’une de ses deux servantes, avait capturée pour elle se mit à chanter tristement. Amalthéa lui jeta un regard navré et ouvrit la porte de la cage. Elle prit l’oiseau entre ses mains et les sorties à l’extérieur.


- Vole petite mésange. Soit libre pour nous deux. Adieu.

L’oiseau prit son envole et disparut rapidement de son champ de vision. Amalthéa soupira profondément. Que faire ? Elle avait déjà tant cousu que ses garde-robes étaient pleines à craquer, elle avait lu au moins deux fois chaque livres disponibles et elle ne pouvait pas sortir. L’après-midi venait de commencer. Le champ de fleurs semblait l’appeler. Par ailleurs, ce champ était un fait inusité de l’endroit. Sur le morne tableau gris et sombre, il y avait une vaste plaine où poussaient des fleurs colorées dont le parfum lui parvenait parfois quand le vent soufflait moins fort. Doucement, elle referma la fenêtre et descendit au rez-de-chaussée. Anisse pliait des vêtements. En voyant la mine atterrée de sa maîtresse, elle eût un pincement au cœur. Depuis beaucoup trop longtemps, Amalthéa était à l’intérieur. Elle avait besoin d’un peu d’air frais pourtant, les soldats refusaient de la laisser sortir. La princesse sortie discrètement de la tourelle et réussit à se faufiler entre les gardes pour ensuite courir vers le champ. Le vent jouait dans ses cheveux et elle se sentait enfin libre ! Frissonnant de plaisir, elle finit par s’arrêter de courir pour marcher vers la plaine. La jeune fille se sentait plus légère ainsi, sans avoir l’impression d’avoir le poids de dizaine de regards surveillant ses moindres gestes.

Elle s’installa dans un endroit choisit au hasard. Amalthéa s’agenouilla parmi les fleurs et se mit à les cueillir délicatement, dégustant avec plaisir cet instant de pur bonheur. Bientôt, elle eût presque les bras chargés. Or, elle ne pouvait pas tout emmener sinon tout le monde s’apercevrait qu’elle s’était glissée à l’extérieur. Elle se releva lentement et entendit au loin des voix.


- Amalthéa! Amalthéa! Princesse où êtes-vous?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wonsul
Jaehr
avatar

Nombre de messages : 27
Age : 34
Date d'inscription : 25/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Enchaineur
Niveau:
0/15  (0/15)
Inventaire:

MessageSujet: Re: La tourelle   Lun 2 Fév - 21:18

Quand le Jaehr avait ouvert ses deux premiers yeux, il avait crut rêver encore, mais lorsque le troisième s'ouvrit, il sut que le cauchemar était devenu réalité. La barque dans laquelle il avait prit la fuite progressait lentement sur le canal tranquille, et l'ombre des bâtiments cachait le soleil. Les berges n'avaient rien de naturel, elles étaient faites de pierre taillé de couleur grise, sombres, imbriquées parfaitement les unes aux autres, et sans la moindre salissure. Autant dire que le quartier devait être bien entretenu! Il était très tôt, le jour venait à peine de se lever. Combien de temps avait il dormi? Combien de kilomètres avait parcouru depuis sa fuite du camp? Quel piètre animal chassé faisait il : il s'en était sorti (à première vue), mais pour se perdre... Sa connaissance de la géographie de Segica était alternative : si il avait en tête pas mal de détails sur un bon nombre de lieux sauvages, vallées, pleines et vallons peu fréquentés, mais sa connaissance des villes et villages était nulle, pour la simple raison, qu'il n'y était jamais rentré. Il avait bien résidé dans quelques villages Jaehr, mais jamais ceux abritant d'autres races. Alors pour ce qui était de Banos et Narel...

Wonsul se redressa, s'asseyant dans la barque. Ses muscles étaient engourdis et courbaturés, les vestiges de sa course et de la nuit passée dans l'inconfort entre deux traverses de bois. Il aurait aimé que le canal ressorte de l'autre côté de la ville, ce qui ne l'aurait fait que traverser, mais il eut une mauvaise surprise : devant lui, le courant était ralenti par une énorme grille en fer forgé. Il était donc condamné à mettre pied à terre... Saisissant un long bâton bien droit posé dans le fond de la barque, il entreprit de pousser avec sur la berge de droite pour accoster sur celle de gauche. La rue, de ce côté là, semblait plus accueillante... C'était purement subjectif. A peine eut il commencé à pousser que le bâton se brisa en son milieu. A grand renfort de moulinets de bras, il arriva à rester sur l'embarcation, qui amorça un doux mouvement vers la gauche... Deux minutes et deux pieds mouillés plus tard, il abandonnait le frêle esquif et s'aventurait dans le dédale de rues.

Pendant toute la progression, Wonsul avait gardé le regard (enfin, ses yeux du bas) fixe, tourné uniquement vers son but : trouver enfin, une " #%*µ!£$" de sortie. Il détestait ces ruelles étroites, on se sentait piégé, il détestait les gens qu'il croisait, autant de bétail qui s'accumulait bêtement au même endroit pour l'effet de foule, il détestait les regards qu'on lui jetait. Malgré son malaise, il tentait de garder la tête froide, seul son troisième œil oscillait de haut en bas et de droite à gauche, observant tous les recoins. Il savait que si il avait l'air louche, il récolterait automatiquement des ennuis. Ah oui, et surtout, garder la bouche fermée... Ses crocs ne laissaient aucun doute sur son régime alimentaire et n'auraient pas été du meilleur effet, même si, il en était sûr, personne n’en doutait. Il se sentait nu sans ses chaînes, potentiellement vulnérable...

Après une bonne heure à tourner au hasard, il finit par apercevoir au dessus des remparts de pierre sombre le sommet des montagnes. Il était temps, il commençait à y avoir du monde dans les rues et on le regardait de travers. Devant lui, enfin, se trouvait une grande arche. Elle donnait sur un chemin de pierre encadré d'un petit muret qui passait à proximité d'une grande tour. Et derrière la tour, la nature, enfin! Wonsul passait à côté de ladite tour, content d'en avoir fini avec la civilisation, pénétrant dans le champ, quand il entendit quelqu'un crier dans son dos.

"- Amalthéa! Amalthéa! Princesse où êtes-vous?!"

C'est indéniablement proche et en se retournant il vit sortir de la tour trois hommes en armes (des gardes). Il resta d'abord interdit, puis prit ses jambes à son cou, bêtement, sans savoir pourquoi, en direction du champ. Il était trop près de la liberté pour qu'on l'empêche de filer maintenant ! Il ne savait pas qui était la princesse, se fichait bien de savoir que les gardes n'étaient pas là pour lui, mais il voulait se tailler d'ici, trop d’aventures tue l’aventure, et ces derniers jours, il en avait soupé. Au bout de quelques bonds il se retrouva nez à nez avec... une jeune fille. Une humaine. Elle était indéniablement plus belle que les autres représentants de sa race qu'il avait rencontré jusque là et surtout plus gracieuse. C'était elle la princesse? Alors autant filer, elle sentait trop les ennuis. Sans mot dire, il la contourna d'un bond sur le côté et continua sa course rapide vers la forêt, de l'autre côté du champ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saphyrr.deviantart.com/
Amalthéa
Humain
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 28
Date d'inscription : 18/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Princesse de Tarrhal
Niveau:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Re: La tourelle   Lun 2 Fév - 22:10

Amalthéa était restée figée, dos à la tourelle. Les fleurs avaient doucement glissé entre ses doigts. Apparemment, elle s'était mis dans de beaux draps et elle n'avait aucune idée de ce qui était bon à faire. La princesse réfléchissait à toute vitesse. Les gardes étaient devenus si protecteurs que si elle retournait gentiment vers eux, elle risquait de ne plus jamais revoir le jour. Or, elle n'avait aucunement intérêt à fuir. Pourtant, pour simplement quelques instants de liberté de plus, elle était prête à ça. Oui, au moins, elle goûterait un peu cette liberté avant d'être à nouveau enfermée. Elle allait s'élancer lorsqu'elle eût le pressentiment qu'il y avait quelqu'un tout près. Elle dégaina sa petite dague et fit un joli croc-en-jambe à l'individu qui passa à côté d'elle.

Ses yeux bleu-gris paniqués, elle menaça la forme qui venait de s'écrouler avant de sursauter. C'était un jaehr. Du temps de son enfance, il y en avait bien un qui venait faire du commerce à Aral-Nahïr, mais jamais elle n'en avait vu d'autre. Amalthéa haletait, angoissée. Son visage innocent et pâle se ferma. La princesse rangea son arme et tendit la main vers l'individu pour l'aider à se relever. Son regard le scruta lentement, et minutieusement.


- Venez, je connais un chemin, murmura-t-elle d'une voix mélodieuse et douce.

Amalthéa partie dans une direction, presque au hasard semblait-il et pourtant, elle paraissait se rendre à un endroit précisément. La jeune fille se retourna un bref moment pour constater que les gardes n'étaient plus là. Ils allaient sans doute chercher leurs montures. La princesse prit la main du Jaehr et entra dans un bosquet touffu. Étonnement, malgré les apparences, le milieu du tas de buissons était vide, ce qui leur laissait assez d'espace pour se tenir debout, face à face. À quelques centimètres seulement l'un de l'autre, mais tout de même. La princesse posa un index sur ses lèvres pour lui intimer le silence. Des bruits de galop se firent entendre tout près et passèrent en flèche près de leur cachette. Amalthéa se détendit aussitôt que le bruit s'éloigna.


- Ouf... Pourquoi fuyez-vous au juste? demanda-t-elle avec un froncement de sourcils.

Elle se mit à examiner à nouveau son visage, prenant soin de le détailler dans ses moindres détails. Ça aurait pu paraître insultant si seulement elle n'avait pas l'air si fascinée et intéressée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wonsul
Jaehr
avatar

Nombre de messages : 27
Age : 34
Date d'inscription : 25/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Enchaineur
Niveau:
0/15  (0/15)
Inventaire:

MessageSujet: Re: La tourelle   Mar 3 Fév - 12:46

Wonsul avait pensé être assez leste pour s'éloigner de cette situation délicate en quelques secondes, ses grandes jambes fines et agiles lui permettant de courir rapidement sur le sol meuble et irrégulier, mais c'était sans compter une fameuse princesse qui allait contrecarrer ses plans. D'abord, du coin de l'oeil, il vit le reflet argenté d'une arme, et se déporta instinctivement sur le côté... juste pas assez pour éviter le croc en jambe. Ouch! Son épaule droite rencontra le sol avec force alors que sa corne du même côté raisonna contre une pierre plate. Wonsul était sonné! Il avait mal au côté, mais surtout il se demandait ce qui allait lui tomber dessus dans l'optique de l'égorger... Il écarquilla les yeux de surprise en voyant que c'était la jeune fille qui le menaçait. Mais surtout il était étonné de lire dans ses yeux autant de panique que lui pouvait en ressentir. Elle avait l'air assez angoissé, mais ce n'était pas la présence d'un Jaehr à ses pieds qui semblait en être la cause.

La jeune femme rangea son arme (au grand soulagement de Wonsul) et elle lui tendit une main qu'il n'osa prendre. C'était une main si blanche, si délicate... Et il lui semblait que ses longs doigts griffus auraient pu la briser en serrant juste un peu trop. Il se releva donc sans son aide, et alors qu'il comptait décamper (enfin!) elle lui proposa de le suivre... Que faire? Son instinct lui hurlait de ne pas suivre une humaine, mais elle n'avait pas eu l'air de feindre la panique elle aussi. Cherchait elle à s'enfuir? Pourquoi une jeune fille comme elle s'enfuirait de son chez-elle? Sans qu'il sache trop pourquoi, il se mit à la suivre. Peut être étais-ce de la curiosité? Ou une confiance mal placée ?

Le bruit de la poursuite avait cessé, mais la demoiselle ne ralentissait pas. Se retournant, elle saisit la main du Jaehr qui émit par la même un hoquet de surprise. C'était bien la première non Jaehr à entrer délibérément en contact avec lui, et sans avoir l'air rebutée. Ca semblait naturel à la jeune femme, et c'était déconcertant. Il se laissait faire, toujours un peu sonné, et ils entrèrent dans un bosquet creux. Elle posa un doigt sur ses lèvres, ses lèvres à lui, ses lèvres de carnivore, et il la laissa faire, ne cherchant pas à se débarrasser de ce contact si saugrenu. Il entendait son cœur battre fort, pulsant le sang dans toutes les veines de son corps, et il pouvait en ressentir le douloureux effet sur la partie droite de son crâne, celle qui avait pris le coup lors de sa chute. Ca lui passerait, il en avait eu d'autre des coups, mais il fallait reconnaître que c'était assez désagréable. Il leva sa main vers sa tempe douloureuse, la tapotant deux ou trois fois du plat de sa paume, comme si il voulait la punir de le faire souffrir.

Si les gardes qui revenaient à cheval avaient eu des chiens, ils auraient été débusqués, mais apparemment la jeune fille semblait assez bien connaître leurs poursuivants pour savoir qu'ils n'en auraient pas avec eux. Ou alors peut être n’avait elle pas songé à cette possibilité et ils avaient de la chance. Une fois le raffut de la cavalcade évanouit dans le lointain, elle se détendit, enfin, enlevant son doigt de ses lèvres et l'observant sans retenue, d’une façon un peu gênante. Elle lui avait posé une question et Wonsul ne répondit pas tout de suite. Avoir une humaine si près de lui et surtout à priori bien intentionné était une première. Il avait toujours été un Jaehr très sauvage, ne vivant qu'avec les siens en de rares occasions, et assumant pleinement le sobriquet de monstre que lui donnait les villageois des environs. Ca n'était pour la plupart que des paysans un peu rustres, et ils voyaient dans le cornu qu'un personnage différent d'eux, un mangeur de chair avec ses dents si blanches et coupantes. Peut être que si il était tombé sur des érudits, sa défiance envers les autres races n'aurait pas été si grande. Si sa première rencontre (après Börn) avait été la princesse, alors il aurait certainement été plus sociable.

"Je... Je voulais retrouver ma liberté."

Oh oui, se libérer de l'emprise malsaine des hauts murs sombres qui l'angoissaient. Se retrouver à nouveau seul, en sécurité, dans des endroits sans menace. Si il avait encore eu ses chaines, il n'aurait rien perdu dans la bagarre. D'ailleurs, où allait il en trouver? Celles de Börn lui manquaient déjà… Bref, trêve de regrets, qu’attendait-il pour continuer son chemin maintenant que le danger semblait parti? Au dessus d'eux se trouvait un grand arbre qui abaissait ses plus grandes branches vers le haut du bosquet. En sautant, il pourrait y grimper. Et en effet, il sauta. Ses mains agrippèrent le tronc et il s'y enroula, faisant jouer les muscles de son dos pour s'y accroupir. Ainsi perché, il se sentait plus à l'aise, comme inaccessible. Les branches touffues dissimulaient sa présence aux passants, sauf à ceux qui seraient entrés dans le bosquet et auraient levé les yeux au ciel. En dessous de lui, à un peu plus d'un mètre, se tenait toujours la jeune fille. Il voulait la laisser là, et filer de son côté, mais... En fait il n'arrivait pas à s'y faire. Elle l'avait aidé. Après lui avoir cogné dessus, certes, mais c'était un malentendu certainement. Toujours accroupi, il regardait en bas, puis au loin, puis à nouveau en bas...

"Et toi, pourquoi fuyais-tu ta propre race?"

Il l'avait tutoyée, pour lui le rang ne signifiait rien, et il n'aurait pas vouvoyé grand monde de lui même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saphyrr.deviantart.com/
Amalthéa
Humain
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 28
Date d'inscription : 18/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Princesse de Tarrhal
Niveau:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Re: La tourelle   Mar 3 Fév - 18:51

Amalthéa recula d'un demi-pas quand il sauta pour atteindre l'arbre. Une main posée sur son coeur, elle le regarda monter jusquà une branche où il s'accroupit. Elle l'observa longuement, attendant une réponse. Visiblement, il songeait à fuire, mais il ne le fit pas. Il lui répondit plutôt qu'il voulait la liberté. La princesse sourit tristement et baissa les yeux sur le sol, dérobant son expression mélancolique aux yeux du jaehr.

- Il est vrai que la liberté est un concept séduisant. Dommage qu'il ne soit pas accessible à tous.

La jeune fille releva son regard vers lui, s'approchant de l'arbre pour y poser ses deux mains. Le vent filtrait avec délicatesse entre les feuillages et les branchages des hauts buissons. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Le jaehr lui posa une question. Elle s'apprêtait à répondre lorsque des bruits de pas se rapprochèrent du bosquet. Quelqu'un courait par là. La personne respirait fort, haletantait. Un sanglot se fit même entendre. L'individu s'arrêta juste à côté du bosquet. Amalthéa s'adossa à l'arbre, comme si elle voulait se fondre en lui.

- AMALTHÉA! AMALTHÉA! OÙ ÊTES-VOUS?!

C'était la voix angoissée d'une femme. Anisse. La jeune fille détourna les yeux, malheureuse d'inquiéter ainsi celle qui s'était si bien occupée d'elle. Elle entendit la servante pleurer puis poursuivre sa course. Amalthéa se détendit lentement, mais resta sur le qui vive. Elle leva les yeux vers le jaehr à nouveau. Elle écarta une mèche de cheveux de son front avant de répondre :

- Pour la liberté moi aussi. Une liberté qui me coûtera cher lorsqu'ils me retrouveront, car, voyez-vous, je fais partie de ceux qui n'y ont pas droit. J'ai l'impression d'être un oiseau en cage, mais il paraît que c'est pour mon bien. Oh! Et je suis profondément navrée pour ce que je vous ai fait tout à l'heure. Seulement, je vous ai prie pour...

Amalthéa se tut un moment. Ce mot éveillait tant de souvenir douloureux qu'elle se sentait incapable de le prononcer. Elle avala sa salive, s'assurant que sa gorge n'était pas trop serrée. La jeune fille fit un geste qui se voulait désinvolte de la main en secouant la tête. Elle s'avança et jeta un coup d'oeil à l'extérieur. La voie était libre, toutefois, elle ne se sentait pas le courage de retourner à la tourelle. Poussant un soupir en vous en fendre l'âme, elle alla s'assoir au pied de l'arbre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wonsul
Jaehr
avatar

Nombre de messages : 27
Age : 34
Date d'inscription : 25/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Enchaineur
Niveau:
0/15  (0/15)
Inventaire:

MessageSujet: Re: La tourelle   Mar 3 Fév - 20:03

Quand les cris avaient retenti quelques secondes auparavant, des cris de femme, le Jaehr était en peine observation de la jeune femme. Elle avait l'air tellement triste, tellement ennuyée par quelquechose... Pourquoi lui confiait elle tout ça? Qu'est ce qu'il était sensé en avoir à fiche? Il était un étranger. Mais quand la voix s’était faite entendre, pleine d’angoisse, elle, la fille chérie, avait eu l'air si apeurée... Cette jeune fille semblait trop fragile pour l'extérieur. Un bijou de salon, oui, mais rien à voir avec une perle sauvage. Et puis la femme, la pleureuse, était repartie, cherchant dans une autre direction la réponse à ses appels.

Citation :
Seulement, je vous ai prie pour...

"Un monstre?"

Wonsul eut un sourire ironique, un grand sourire, qui dévoilait parfaitement ses "Dents de Sabre". C'était le cliché habituel, ça ne le dérangeait plus, il assumait ce qu'on pensait de lui, par contre il ne supportait pas qu'on ne le laisse pas en paix à cause de ça. C'était pour ça qu'on lui était tombé sur le dos pour l'enfermer dans une cage... Ah, ce passage là de sa vie, pas moyen qu'il l'oublie de sitôt! Ca lui resterait en travers de la gorge un moment. Il secoua la tête, ses cornes caressant le feuillage de la branche juste au dessus. A quoi bon s'en faire, il devrait y être habitué. Se rebeller contre ces idées reçues aurait été un plus noble comportement, mais il ne se sentait pas encore... le cran de se battre contre ses détracteurs. Jusqu'à maintenant, pour vivre heureux, il avait vécu caché. Mais cela allait il pouvoir continuer?

Il la vit s'asseoir au pied de l'arbre avec un soupir. Quoi, elle renonçait? Rester assise là, c'était baisser les bras. Si elle était si précieuse que ça aux yeux de ses geôliers, à n'en pas douter ils mettraient tout en œuvre pour la retrouver. Chiens, groupes entiers qui fouilleraient tous les bosquets... Rester assise là, pour elle c'était retourner dans sa prison dorée. Et pour lui... Il n'en savait rien mais ça ne le tentait pas de le découvrir quand même.

Bon, c'était clair, il fallait se décider. Rester, ou filer. Si elle avait si soif de liberté, pourquoi hésitait-elle? D'un geste leste, il se laissa retomber au sol, renonçant à la fuite par les arbres, de branches en branches (du moins pour le moment). Elle l'intriguait. La pensée humaine l'intriguait. Pourquoi des créatures qui vivaient si peu de temps, qui fanaient presque à vue d'œil, se compliquaient autant la vie? C’était si court, et ils se posaient toujours tellement de questions…

"Si tu veux partir, part. Qu'est ce qui te retient? Tu as l'air d'en être malade, alors décide de ton sort."

Il fit une pause. La notion de famille, d'attachement à un lieu ou à une personne, il savait que ça existait, mais ne l'avait jamais vraiment éprouvé. Même Börn, qui l'avait élevé, il avait fini par l'abandonner dans sa grotte, tout miséreux qu'il était. Son éthique était bizarre, pour ne pas dire qu'il n'en avait pas, alors la situation de la jeune femme lui semblait incongrue.

"Tu as peur de t'aventurer toute seule dehors? Si tu n'en as pas l'habitude, ça risque d'être un mauvais moment à passer j'imagine, mais on est tellement mieux sans contraintes."

Il y croyait dur comme fer, sauf que quand on avait connu le luxe et le raffinement, se laver dans un torrent glacé, ça n'était pas des plus confortable... Ne pas manger chaud tous les soirs, ou ne pas manger du tout, dormir sous la pluie, ou en équilibre sur une branche, marcher, toujours, pour se trouver un coin pour la nuit, ou une proie… Tout ça ne l’inquiétait pas, mais ça terrorisait peut être la jeune humaine. En retour de sa liberté, il payait un lourd tribut, mais n’en avait pas conscience : on ne regrette pas ce qu’on ne connait pas. Il interrompit sa réflexion, tournant brusquement la tête vers le côté. Il s'était pétrifié et écoutait les sons environnant. Il y avait d'autres personnes en approche...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saphyrr.deviantart.com/
Amalthéa
Humain
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 28
Date d'inscription : 18/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Princesse de Tarrhal
Niveau:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Re: La tourelle   Mar 3 Fév - 20:47

- Les Koïars! Ces... fanatiques! cracha un homme avec hargne. Je suis sûr que cette créature en fait parti!
- Ce n'est pas possible! Amalthéa sait se défendre, et il était seul! Elle ne peut pas être bien loin.

La jeune fille les écoutait aussi, l'air morne. Elle se leva lorsque le jaehr sauta au sol juste à côté d'elle. Même si elle avait déjà d'autre représentant de son espèce, il faut dire que celui-ci avait tout l'aspect d'un démon ou d'un truc du genre. Amalthéa était un peu effrayée, mais sa fascination pour la plastique du jaehr surpassait de loin sa peur. Et puis, il n'avait rien fait de menaçant à son endroit, même que c'était plutôt le contraire. Même s'il paraissait un peu... mésadapter socialement ou plutôt asocial.

- Non. Je ne vous ai pas prit pour un monstre, souffla-t-elle doucement en secouant la tête lentement. Pas du tout. J'ai déjà vu des jaehrs, du temps de l'âge d'or d'Aral-Nahïr. Non. Je vous ai pris pour un fanatique de Koïar. Ils ont déjà fait tant de tort...

Amalthéa s'était un peu rapprochée pour lui déclarer tout cela tout en gardant une distance respectable entre eux. Elle soupira doucement appuyant sa tête à l'écorce l'arbre. La princesse le regarda longuement, souriant soudainement en baissant les yeux presque timidement.

- Mais je vous avoue que... Vous avez quelque chose d'effrayant.

Amalthéa baissa les yeux à nouveau, puis les leva soudainement.

- Ce soir, sous la fenêtre ouverte de la tourelle... Attendez-moi. Je fuirai avec vous. Je connais un peu la région, mais... J'ai peur. J'apporterai à manger.

La princesse parut ne pas comprendre cette frayeur qui l'habitait soudainement. Elle leva la tête vers le ciel. Un rayon de soleil s'étira timidement entre les nuages et éclaira faiblement la scène. Amalthéa s'approcha du bord du bosquet, mais se retourna. Elle jeta un long regard au jaehr avant de sortir. Quelques secondes après, les gardes se précipitaient sur elle, parlant tous en même temps. Une exclamation féminine sortie du lot :

- AH! Le ciel soit loué! Vous voilà enfin! Mais qu'est-ce qui a bien pu vous prendre de sortir?
- J'en avais envie.
- Voyons, voyons! Vous ne pouvez pas toujours faire ce qui vous plaît.
- Cessez de me couver! Laissez-moi, laissez-moi!

Amalthéa s'enfuit vers la tour en courant tandis que ses gardiens et sa servante suivaient en traînant des pieds, ne comprenant pas la réaction de leur précieuse pupille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wonsul
Jaehr
avatar

Nombre de messages : 27
Age : 34
Date d'inscription : 25/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Enchaineur
Niveau:
0/15  (0/15)
Inventaire:

MessageSujet: Re: La tourelle   Mer 4 Fév - 16:54

"[...] Koïars [...] cette créature [...]" Ah, ça parlait de lui à l'extérieur. De toute façon, c'était certain qu'il n'était pas passé inaperçu. Quand appartenir aux fanatiques de Koïars... C'était une confusion dont il avait l'habitude maintenant. Il haussa les épaules, indifférent à la méprise. Par contre, il retint un mot : "Amalthéa". Ca devait être le nom de la fuyarde. Elle savait se défendre? Dans quelle mesure? Elle avait donc l'air plus fragile qu'elle ne l'était. Il lui jetait des coups d'œil, tentant de voir la lionne sous le visage de porcelaine... Ca n'était pas facile, surtout pour lui. L'âge d'or d'Aral-Nahïr ne lui évoquait rien, enfin, aucune nostalgie ou regret. La vie dans les montagnes n'en aurait pas été plus douce.

Et puis la jeune femme s'était rapprochée, le forçant à faire un pas en arrière. Il n'avait pas tellement plus de possibilités, reculer plus aurait été sortir du bosquet. Ca l'énervait un peu de voir une humaine qui prenait autant ses aises avec lui. Elle était familière, et ça n'était pas son habitude. Ses longs regards aussi étaient déstabilisants. Quoi, il avait un œil au milieu du front? Bah oui. Elle ne le regardait pas comme une bête de foire, c'était déjà ça, mais elle le fixait quand même, et il en était mal à l'aise. Il ne cessait de faire jouer ses doigts, les mains de chaque côté du corps mais frottant ses griffes les unes contre les autres. C'était machinal, ça l'occupait.

Il avait quelquechose d'effrayant? Wonsul prenait ça comme un compliment, et il en sourit, dévoilant par la même ses dents pointues. De toute façon, un Jaehr ça fait toujours peur aux humains. Et puis avec sa peau sombre, il faisait son petit effet. Le petit plus de sauvagerie en rajoutait une couche. Ses vêtements en cuir auraient mérité un bon dépoussiérage, et il n'aurait pas non plus craché sur un coup de brosse, et un petit débarbouillage... Homme des bois powa! Son regard se leva soudain sur la jeune femme, étonné? Quoi? Fenêtre de la tourelle, fuir avec vous? Mais mais... il ne l'avait jamais invitée! Elle s'incrustait... Elle a peur, ouais, ben pas assez apparemment! Il aurait bien répondu en secouant la tête négativement mais en fait, il se retrouvait comme deux ronds de flan. Hein? Elle s'approcha du bord du bosquet puis sortit...

"Apporte des chaines de combat si tu en trouves!"

Il avait à peine eut le temps de glisser cette phrase, pas trop fort pour ne pas qu'on sache qu'il était toujours dans le bosquet, et en fait il ne savait pas si la jeune femme l'avait entendu. A peine avait il prononcé ses mots, qu'il les avait regrettés : lui demander un service, c'était s'impliquer, et en plus son instinct lui hurlait de la laisser se débrouiller toute seule, de lui poser un lapin. Pourquoi avait elle cru bon de préciser qu'elle amènerait à manger en plus? Le prenait-elle pour un ventre? Son estomac se mit à gargouiller à cette idée et il se donna un coup de poing sous les côtes pour le faire taire. Démasqué par un gargouillis, ce serait le pompon. Les gardes ne devaient d'ailleurs pas être loin, puisqu'ils virent quasi-immédiatement la princesse et l'appelèrent.

Une fois seul, Wonsul grimpa à nouveau sur l'arbre et s'éloigna du bosquet (par sécurité), caché par les feuillages. Arrivé dans un endroit qu'il jugeait sûr, il se posa pour réfléchir. Partir or not to partir? C'était une princesse (si il avait bien tout compris), alors si elle avait entendu sa requête, elle pourrait lui remplacer ses armes perdues facilement. Dans un château, il y a toujours une salle d'armes... Mais si elle n'avait pas entendu, lui allait attendre pour rien, pire, attendre pour se traîner un "boulet" alors que lui serait désarmé... Bref, il l’aiderait sans contre partie, et ça n’était pas motivant. La nourriture n’était pas un paiement, il pouvait en trouver sans aide. Le Jaehr avait souvent agi en se disant : "dans le doute, abstiens-toi"... Donc c'est sans aucune logique personnelle qu'il resta assis sur sa branche, à attendre le soir...

La nuit était tombée, et Wonsul l'avait passée dans les bois autour de la tourelle, s'occupant en découvrant les environs directs. Il s’était callé une dent creuse en pillant un nid de passereau. Aucun garde n'était plus revenu dans la forêt une fois la princesse rentrée, comme quoi personne ne le cherchait. Ils avaient récupéré leur pupille, alors maintenant ils pouvaient se désintéresser du reste. Et ce n'est pas lui qui allait s'en plaindre. Quand les premières étoiles avaient commencé à luire, il s'était aventuré à découvert dans le champ, puis s'était arrêté à l'endroit prévu. Sa couleur de peau était un avantage dans le noir, il n'était que peu visible, c'était une des raisons qui faisait qu'il appréciait de chasser la nuit, c'était plus efficace. La lune était assez pleine pour quand même éclairer un minimum les lieux. Au cas où le plan était dévoilé, et si un comité de réception de ramenait, il devait se trouver une cachette pour attendre sans être vu. Au pied de la tour il y avait plusieurs petits taillis feuillus, taillés savamment "pour faire joli". Wonsul s'accroupit au pied d'un. Ainsi posté, il avait le champ libre pour observer les différents accès à cette zone. Intrigué de voir si il avait bien fait réellement d'attendre, il scrutait les environs sans discontinuer. A gauche... A droite... Rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saphyrr.deviantart.com/
Amalthéa
Humain
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 28
Date d'inscription : 18/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Princesse de Tarrhal
Niveau:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Re: La tourelle   Mer 4 Fév - 19:03

Amalthéa s'était fait vertement tancée par Anisse et les gardes qui évoquaient, comme toujours, la possibilité que des fanatiques se pointent le bout du nez... même s'ils en l'avaient jamais fait depuis ces trois dernières années. Et puis, elle doutait fortement que ce soit une simple tour et une poignée de gardes qui les arrêteraient. Elle savait se battre et était assez mature pour savoir ce qu'elle faisait. La princesse monta se coucher après le repas du soir et écrivit une lettre aux gardes et à Anisse afin qu'ils ne la croient pas enlever par les koïars.

Elle attendit un peu, ouvrant la fenêtre pour vérifier aux alentours. Elle prépara un sac avec quelques vêtements, ses armes et quelques petits trucs pratiques en forêt. Elle se changea, mettant un pantalon et un corsage. Amalthéa s'étendit ensuite, méditant afin de vérifier si la voie était libre. Le soleil commençait à quitter l'horizon quand elle ferma les yeux. Ce n'est que presque deux heures plus tard, quand il fit tout à fait noir qu'elle descendit sur la pointe des pieds. Son corps avait été brisé pendant l'expérience, mais elle ne se plaignait pas trop. Ce genre de blessure guérissait plutôt rapidement habituellement. Dans la salle d'armes, elle prit discrètement deux chaînes. Elles étaient d'excellentes fabriquation. Des armes de maître. Puis elle descendit à la cuisine où elle prit quelques réserves de nourriture.

Amalthéa mit tout cela dans un sac et roula deux couvertures chaudes. Elle mit une cape qui recouvrait son visage et jeta un coup d'oeil dans le miroir pour s'assurer que tout était parfait puis elle attacha la corde dans sa chambre pour descendre par la fenêtre. Une fois en bas, elle chercha du regard le jaehr. Elle vit sa silhouette dans le noir. S'approchant de lui d'un pas silencieux et rapide, elle jeta des oeillades aux alentours. Personne autre qu'eux.


- J'ai tout.

La princesse sortie doucement les chaînes pour ne pas les faires cliqueter l'une contre l'autre. Elle les lui tendit avec sérieux.

- Partons avant qu'ils ne réalisent que je ne suis plus là.

Amalthéa attendit que le jaehr ne la guide dans la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wonsul
Jaehr
avatar

Nombre de messages : 27
Age : 34
Date d'inscription : 25/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Enchaineur
Niveau:
0/15  (0/15)
Inventaire:

MessageSujet: Re: La tourelle   Mer 4 Fév - 20:18

Wonsul n'avait pas attendu très longtemps avant d'entendre un léger froufrou, le bruit des vêtements d'une personne en mouvements au dessus de lui. Une corde vola vers le sol, son flot atterrit sur la terre battue avec un bruit étouffée. Puis une silhouette passa le montant et entama sa descente. Elle était si discrète, qu'on entendait plus ses mouvements et le frottement de la corde que ses bruits de pas. Bien, ce serait pas plus mal pour sa sécurité. Enfin la silhouette d'Amalthéa toucha la terre ferme. Elle portait un sac, certainement ses affaires, de quoi se changer... et miracle, il n'était pas trop volumineux, même si il restait conséquent. Il avait eu peur un instant qu'elle se ramène avec une male... Bon, ok, ça aurait été vraiment la prendre pour une idiote, ce qu'elle ne semblait pas être. Plus elle se rapprochait, plus il la distinguait grâce à la lumière de la lune. Elle semblait être vraiment seule (et pas suivie), alors il signala sa position en se relevant. En plus de sa cape, la jeune femme avait choisi une tenue simple, pratique, et passe partout. Parfait.

Amalthéa s'approcha du Jaehr qui l'attendait, elle jetait des œillades tendues aux alentours, Wonsul pariait plus sur son audition. "J'ai tout."? Alors avait-elle... La princesse sortit une masse brillante de son sac, délicatement, et la tendit au Jaehr. Si Wonsul avait pu exprimer sa satisfaction, il aurait sautillé en l'air en criant youpi. Mais ce n'était pas le moment. Il la remercia d'un simple mouvement de tête et d’un grand sourire (plutôt inquiétant mais ce n’était pas le but), ils auraient le temps plus tard pour la causette. Ces chaînes étaient d'une excellente facture! Plus belles même que celles de Börn, tout compte fait, il y avait gagné au change. Il avait hâte de pouvoir les essayer, mais plus tard. Pour le moment il les prit dans les bras pour ne pas les faire cliqueter, les collant contre sa poitrine, réduisant les mouvements des maillons. Qu'il y ait de la nourriture ou pas, comme elle l'avait promis, maintenant il s'en fichait : elle venait de se payer son escorte jusqu'à la liberté.

Wonsul partit le premier, ouvrant le chemin, vérifiant à chaque pas que personne n'arrivait mais avançant avec une bonne cadence. Ses longues jambes permettaient de grands pas, et son nouveau trésor lui mettait du baume au cœur. Son but : couvrir le plus de distance possible pendant la nuit, et de préférence couper soit une rivière, soit une route fréquentée (sans l'emprunter) afin que leur odeur soit noyée par celle des autres passants. Se faire rattraper par des limiers n'était pas du tout dans ses plans Ils traversèrent d'abord le champ, entrèrent dans le bois, passèrent à côté du bosquet... Et puis il s'arrêta, se retournant vivement, fixant Amalthéa. Il avait l'air grave.

"Amalthéa... Qui te dis que je ne suis pas quelqu'un qui te veut du mal?"

Son ton était sérieux. Après tout, elle suivait un parfait inconnu... Elle n'avait pas idée de sa force, pas idée de ses intentions réelles... Un fanatique de Koïars avec un soupçon d'intelligence aurait pu prévoir un plan dans le genre afin de l'enlever... Ou pire.

"Tu me donnes une arme, tu ne me connais pas. Je pourrais être plus fort et plus mauvais que tu ne le crois."

Il fit une pause et enfin haussa les épaules. Il y avait plusieurs facettes de sa personnalité qu'elle n'allait certainement pas aimer, mais bon, elle avait raison : il n'avait rien contre sa vie. Seulement 'pas sûr que la prochaine personne à qui elle se fierait soit dans le même cas. Se faisait-il du souci pour elle ? Nooon, voyons, se faire du souci pour une humaine, quelle idée saugrenue~… Il détendit ses traits, et profita de la (très) courte pause pour remonter ses chaines qui avaient tendance à glisser.

"Enfin, bref. Je m'appelle Wonsul."

Sans attendre, il recommença à marcher (toujours aussi rapidement). Son but : les contreforts des montagnes. Il voulait atteindre les premières vallées, mais ils n'y seraient peut être pas en une nuit. De là, elle (il ne pouvait pas encore songer en "ils") pourrait redescendre vers la plaine plus tard, ou vers une autre ville, à sa guise. Les monts, c'était son terrain de jeu préféré, il savait comment y vivre. Et puis ils avaient un autre avantage : Quand on est plus haut, on voit les ennemis arriver de plus loin, et plus lentement à cause de la pente...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saphyrr.deviantart.com/
Amalthéa
Humain
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 28
Date d'inscription : 18/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Princesse de Tarrhal
Niveau:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Re: La tourelle   Mer 4 Fév - 20:55

Amalthéa sourit brièvement quand elle constata que le jaehr avait mesuré à sa juste valeur les chaînes qu'elle venait de lui donner. Son coeur battait à tout rompre, et elle en avait les mains moites. C'était si exitant de songer qu'elle allait enfin pouvoir reconquérir son royaume! La jeune fille soupira de bonheur de goûter enfin la liberté. Le jaehr se mit à courir dans une direction. Il avait de plus longues jambes qu'elle, se qui lui donnait un net avantage. Fort heureusement qu'Amalthéa était en très bonne forme grâce à son entraînement militaire sinon, elle n'aurait jamais pu le suivre. Et même en ce moment, il la distançait tout doucement. Ce qui la ralentissait en plus était son désir de rester silencieuse. Elle aurait pu augmenter un peu la cadence, mais elle aurait sans doute fait plus de bruit.

Quand il s'arrêta et se retourna. Elle dut s'arrêter brusquement pour ne pas entrer en collision avec lui. Elle effectua un bond en arrière, en position défensive. Amalthéa se détendit doucement. Les mouvements brusques la mettaient toujours dans cet état. Surtout que, comme il le mentionnait, ils ne se connaissaient pas. La princesse leva la tête vers lui, dévoilant son visage qui portait une estafilade sur la joue. Il continuait à lui énumérer les raisons pour lesquels il était imprudent de lui faire confiance. Puis il déclina son nom. Amalthéa lui offrit son sourire angélique.


- Les fanatiques de Koïars se fichent de la subtilité. Ce qu'ils aiment, c'est torturer, mais surtout tuer. Si vous en aviez été un, vous m'auriez déjà égorgée ou évicérée ou poignardée, ou pendue. Vous voyez, ce que je veux dire. Et surtout... Vous ne m'auriez jamais dit ce que vous venez de me dire. Pour le reste, je suis enchantée de vous connaître, Wonsul. Vous connaissez déjà mon prénom. J'ai des amis qui arrivent par la chaîne de montagnes. Je suis certaine d'être capable de les retrouver. Aidez-moi à me rendre à eux. C'est tout ce que je vous demande... Pour l'heure, il faudrait songer à fuir. Je sais que les gardes ne s'apercevront pas de mon absence avant l'aube, mais nous ne sommes jamais trop prudent. Surtout qu'Anisse se lève parfois la nuit. Partons. C'est par là.

Amalthéa lui pointa la direction à prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wonsul
Jaehr
avatar

Nombre de messages : 27
Age : 34
Date d'inscription : 25/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Enchaineur
Niveau:
0/15  (0/15)
Inventaire:

MessageSujet: Re: La tourelle   Mer 4 Fév - 23:23

Des amis dans la direction des montagnes… Ok. Ca tombait bien, ça correspondait à sa direction de prédilection. Elle lui pointa le chemin du doigt et Wonsul bifurqua légèrement, suivant son indication sans discuter. De toute façon, pour le moment, une direction ou une autre, c’était la même chose, tant que ça les éloignait de la Tourelle…

[HRP]La suite ici : Entre Narel et les montagnes.[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saphyrr.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La tourelle   

Revenir en haut Aller en bas
 
La tourelle
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» photos du chariot de guerre ( juste monté )
» [recherche] Bitz
» Armée Evil Sunzs in progress
» [WIP] Tourelle à obusier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ancienne Version-
Sauter vers: