AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le journal de bord de Gwendalyna

Aller en bas 
AuteurMessage
Gwendalyna
Elfe
avatar

Nombre de messages : 30
Age : 29
Date d'inscription : 08/09/2008

Feuille de personnage
Métier:
Niveau:
0/15  (0/15)
Inventaire:

MessageSujet: Le journal de bord de Gwendalyna   Lun 15 Sep - 23:39

Nom : Gwendalyna Flamminrode


Niveau: 0


Groupe (peuple frontalier, sombre, lumineux) : peuple frontalier


Race : Elfe


Métier : éventuellement apprendre la maîtrise de l'arc.... se cherche un mentor, même si elle ne veut pas l'admettre...


Divinité (facultatif) : Totalement Athée... elle ne veut compter que sur elle même...


Compétences... créer de la végétation, apprivoiser les bêtes et prémonitions


Histoire, vécu (un minimum de 15 lignes) :''J'avais 5 ans, âge où l'innocence commence a disparaître, où on commence a percevoir le monde comme il est, composé de forces bonnes, mauvaises, magiques ou guerrières. Il y avait a cette époque des barbares qui propageaient mort et destruction sur leur passage, en effectuant des raids un peu partout dans la région. Je vivais avec mes parents, elfes renommés et respectés, étant leur unique fille, lorsqu'une des divisions du clan barbare captura un jeune elfe du clan, et lui fit révéler l'emplacement de notre cachette par multiples tortures avant de le tuer d'un coup d'épée, mettant ainsi fin à ses souffrances. Je fus capturée par ces barbares durant mon sommeil, séparés de mes très chers parents, mon regard se voila de larmes, puis un sac de jute d'une puanteur écoeurante fut posé sur ma tête. Après... noir complet.

Je fus réveillée par un jet d'eau glacée qu'on me projeta vivement. Il faisait très sombre, mais je pouvais distinguer les lueurs d'un feu plus loin. Je n'entendais pas mes parents, mais je sentais bien au fond de moi qu'ils étaient en vie. J'en avais la certitude. J'étais enfermée dans une sorte de cage, d'un métal trop lourd pour être bougé. L'homme qui m'avait éclaboussé rit d'un air tonitruant en voyant mon air farouche et désemparé, me lança un bout de pain sec et partit s'asseoir près du feu en compagnie de ses congénères. J'entendais en me concentrant le bruit de pleurs d'autres enfants, mais rien ne m'intéressait autre que de manger ce pain dur, rassis, tant mon estomac criait famine. Je léchai ma peau et suçai ma tunique en quête d'eau, puis m'endormi sur le sol dur et humide de ma prison.

Après plusieurs jours dans ma prison, les hommes me permirent de sortir de ma cage, en me nouant une corde autour de la cheville. J’y vis une occasion en or de me défaire de mes gardiens. Je tâchai de m’éloigner le plus possible afin de dénouer mes liens, mais je fus surpris par un des hommes, qui m’agrippa par les cheveux et m’emmena près du feu, en grommelant des paroles dans leur langue, à laquelle je ne comprenais rien. Il prit un bout de métal ardent du feu et malgré mes débattements une odeur de chair brûlée envahit aussitôt mes narines, de même qu’une vive douleur au niveau de l’omoplate gauche. Je m’évanouis.

Je fus vendue à un homme cupide et sans pitié pour une bouchée de pain quelques jours plus tard, les barbares étant trop heureux de se débarrasser d’une jeune fille dans mon genre. Ce dernier me battait, mais n’a jamais osé poser un quelconque geste sexuel a mon égard. Il me forçait a faire les repas, laver ses vêtements crasseux et m’occuper des quelques bêtes qu’ils possédaient, soit une vache, quelque porcs et une demie douzaine de poules. J’y grandis seule, sans personne à qui parler, je développai la magie dans l’intimité de mon lit, sur lequel je gravais une encoche a tout les débuts de semaines, pour garder conscience du temps qui passait, ou dans l’étable, entre deux tâches ménagères. Sans mentor, je me devais d’apprendre tout par moi-même, ne compter que sur moi. Je rêvais malgré tout que quelqu’un m’emportait loin… où je pourrais être heureuse…

Le lendemain de mes 19 ans, je fis mon sac et m’enfuit de la maison de mon propriétaire, en ayant prit soin de lui voler 10 joals dans sa bourse. Je ne possédais rien, à l’exception de la liberté toute nouvelle qui venait de m’être offerte en cadeau du ciel…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le journal de bord de Gwendalyna
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un journal de bord ?
» Journal de Bord - Explications
» Un journal de bord, c'est quoi ?
» Modèle de journal de bord
» Code pour votre journal de bord

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ancienne Version :: Journal de bord-
Sauter vers: