AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Grimpette

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Grimpette   Dim 1 Juin - 11:58

Lâchant un profond soupire de bien être, l’adolescente s’assit au pied du massif rocheux qu’était le mont Bardan. Etendue comme si de rien n’était, elle confia son sac lourd de plusieurs choses à son compagnon à quatre pattes, bien entendu, il le saisit entre ses crocs et le traîna avec lui dans un recoin tranquille où il pourrait veiller sur les effets de sa maîtresse sans peine. Il était tôt, l’aube se levait à peine et si Setsuko était du genre fainéante, il lui arrivait d’être réveillée avant le soleil et de partir pour quelques expéditions sans but réels afin de se dénouer les muscles un peu. Ce n’est pas que la ville soit dépourvu de qualité, disait-elle, mais il n’y a rien de mieux que la nature pour se détendre un peu tout en développant son corps. Il la croyait : c’était vrai. En ville il n’y avait pas ces dénivelés qu’offraient forêts et montagnes, il n’y avait pas cette sensation grisante du danger lorsque l’on sautait de toit en toit comparé au saut que l’on réalisait dans les falaises les plus escarpées. Il en avait vu du paysage, énormément à vrai dire, mais ils ne s’étaient approchés qu’une seule fois de la mer ou d’une étendue d’eau tel qu’un lac ou un torrent, seules les rivières trouvaient grâce aux yeux de sa compagne pour une raison qu’elle était seule à connaître. Il n’avait vu la mer qu’à une reprise et s’il voulait nager dans un lac il devait y aller seul pendant que sa maîtresse s’occuperait à sa façon, oui, elle préférait de loin les rivières et lorsqu’ils avaient vu la mer, une immensité d’eau qui s’étendait à perte de vue, il avait sentit un profond malaise et une peur refoulée qu’elle n’avait pas suffisamment bien dissimulée pour qu’il ne la ressente pas. Elle semblait terrorisée par l’eau mais aucune hauteur ne parvenait à l’effrayer, il ne comprenait pas.

Elle le remercie d’un regard puis se redressa, enfournant une pâtisserie fraîchement volée dans un sac plein à craquer, elle assouplis ses poignets et s’assura que ses poignards, dagues et autres coulissent bien dans leurs fourreaux et autres emplacements. Une fois rassurée, son regard prit une toute autre dimension. La malice de ses yeux ne s’envola pas mais une lueur de défi venait de prendre une intensité presque effrayante et un sourire étirait ses lèvres. Elle brûlait d’impatience. Saisissant une saillie rocheuse pas plus grosse qu’une phalange de petit doigt, elle se hissa non pas à la force des poignets mais tout en souplesse et légèreté. Dansant sur la roche plus qu’elle ne grimpait, elle progressait à une allure presque étonnante, elle ne saisissait que des prises infimes pratiquement inexistantes sans pour autant trembler d’hésitation, ses gestes étaient sûrs et réglés par la précision. Assurée et confiante, elle progressait aussi rapidement que si elle marchait tout simplement. Parfois elle se permettait de retirer quelques mèches de ses yeux comme si ce geste anodin en bas en était un à cette altitude, surtout qu’en bas des rochers pouvaient briser son corps et sa conscience si jamais elle faisait un faux pas. Malgré la petitesse de ses prises, ses membres ne tremblaient pas, un exploit pour une simple humaine et par là, elle vous répondrait simplement que si les humains passaient plus de temps à s’entraîner et à développer leur corps dans la nature plutôt que de se goinfrer bêtement tout en prétendant travailler, ils sauraient en faire autant. Le fait étant qu’elle était versée dans tous types de sports, les prouesses sportives la laissaient indifférentes sauf bien entendu des autres races qui restaient stupéfiantes en tout moment.

Rêveuse, elle avançait sur la paroi rocheuse avec une aisance remarquable, elle pensait à tout et à rien, se demandant si son père et maître pensait à elle, si cette Déavelina allait tuer quelqu’un d’autre ou si Kiba se portait bien malgré son absence. Elle était persuadée qu’en cas de problème, il saurait réagir et, selon ses propres instructions, il déguerpirait et, s’il le fallait, qu’il laisse son sac en plan. Quelques effets personnels n’étaient rien contre la vie de son compagnon à poil même si son seul et unique souvenir de ses parents se trouvait dedans… Baissant les yeux, elle se délecta de la hauteur, un sourire satisfait sur les lèvres et un regard pétillant d’une malice et d’une envie indomptable de liberté et de défi…Y’avait-il quelqu’un ? Sincèrement elle n’aurait sut le dire mais si personne ne gravissait la pente tout comme elle, il y avait des chances pour que quelqu’un se trouve sur la corniche qui se trouvait plus haut et qui pouvait accueillir, selon ses estimations, une dizaine de personne sans qu’aucune ne tombe. Se hissant sur cette même corniche avec un soupire de satisfaction et de soulagement en même temps, elle se laissa tomber sur le dos, le regard rivé sur le ciel…
Revenir en haut Aller en bas
Kynthia
Ange
avatar

Nombre de messages : 1339
Age : 25
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Métier: Messagère du Vent
Niveau:
2/15  (2/15)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Grimpette   Dim 1 Juin - 21:42

Cela faisait quelques heures qu'elle avait quitté Ralof. Ce nain était vraiment quelqu'un qu'elle prendrait plaisir à revoir. Mais l'heure n'était plus à penser au passé, mais à se poser pour entendre l'avenir. Le vent semblait être disposé à lui parler en ce jour. En ces temps troubles, il l'avait un peu délaissée, certainement occupé ailleurs, aussi ne lui en voulait-elle pas. Lui aussi avait des affaires à régler, et certainement d'une importance qu'un semble être en ce bas monde ne pouvait pas comprendre. Voyant que le vent commençait à lui murmurer quelques paroles non sans importance, elle décida d'abandonner les cieux pour se glisser sur la terre ferme, avec une agilité quelque peu entravée par le peu de place, et de s'assoir au bord d'une falaise, les jambes se balançant au grès des caprices célestes. Là, elle ferma les yeux. Le vent semblait vouloir qu'elle s'abandonne totalement à lui, chose qu'elle faisait sans méfiance, sachant pertinemment qu'il la préviendrait du moindre danger si celui se présentait. Elle resta là, la tête levée vers le ciel, le soleil semblant lui lécher le visage et le vent lui chuchotant de petits mots à l'oreille, dont la signification lui était inconnue mais qui lui faudrait déchiffrée une fois cette entrevue terminée. Ce spectacle aurait pu durer des heures et, une personne passant par là aurait pu croire qu'avait été battie là une statue d'une beauté et d'une réalité sans pareil tellement l'ange était immobile, cependant, le vent se tû brusquement et s'enfuit, telle une vague sur la plage.

Kynthia ouvrit le yeux doucement, s'inquiétant de l'attitude étrange que son ami et confident venait d'avoir. Quiquonque aurait ouvert les yeux à ce moment se serait dépéché de les refermer mais, comment éblouir un être composé de plus de lumière que de sang ? Kynthia se leva et, sachant parfaitement que la raison de ce brusque changement d'attitude devait venir de l'arrivée imprévue d'un étranger, commença à chercher ce dernier. Baissant les yeux vers le bas de la falaise, elle aperçut, en contrebas, une forme qui paraissait gravir à une vitesse plus que correcte, le flanc de la montagne. Intriguée, Kynthia l'observa plusieurs instants durant avant de se rendre compte que la personne qui grimpait était une humaine ... Une humaine ! Comment une représentante de cette race si feignante et gauche pouvait-elle être si douée ? D'emblée, elle sû qu'il lui fallait absolument entrer en contacte avec quelqu'un d'aussi peu courant. Mais la prudence lui avait été enseignée à la même école que ceux qui savent de quoi ils parlent, aussi lui dicta-t-elle d'observer cette nouvelle venue sans se montrer dans un premier temps.

Cette dernière s'arrêta sur une des corniches, ou plutôt sur la seule corniche que cette paroie offrait. Etait-elle fatiguée ou souhaitait-elle simplement observer les cieux, chose qui au sens de Kynthia était la plus belle chose qui soit ? En tout cas, elle s'allongea sur le dos et se mit à observer ce dernier. Elle devait l'aimer, de toute façon comment pouvait-il en être autrement ? Après l'avoir observer quelques temps, Kynthia décida qu'elle pouvait l'aborder sans risque, se trouvant de toute manière dans son élément qu'était l'air. Car aussi douée soit-elle, si elle présentait une réelle menace pour l'ange, elle ne pourrait de toute manière pas la suivre si Kynthia se jetait dans le vide.

Kynthia déploya ses ailes et se jeta dans le vide, comme elle se plaisait à le faire. Elle passa loin de la corniche, la dépassa largement et vit le sol s'approcher à grande vitesse. Arrivée tout près de ce dernier, elle remonta en piqué jusqu'à la corniche où elle se posa doucement et s'assit en tailleurs en attendant que l'humaine saperçoive de sa présence.

_________________


Alors que le vent me porte, face à mon destin,
Alors que la vengeance m'exhorte de bannir ses assassins,
Je sais qu'il est là, pour guider mes pas.
Kynthia, ange fondatrice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frontierescelestes.forumsactifs.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Grimpette   Lun 2 Juin - 19:26

Etendue sur le dos, quelques cailloux audacieux lui rentrant dans le dos, elle observait le ciel, inlassable et insatiable de cette liberté que représentait l’immensité céleste. A la fois attentive et inattentive, elle était pourtant capable de poursuivre son escalade jusqu’à haut sur la paroi rocheuse, ne pas s’arrêter et gravir une pente durant une journée et une nuit ne représentait pas un exploit pour l’adolescente. Son père et maître lui avait souvent imposé des exercices qu’elle devait poursuivre jusqu’à ce qu’elle soit épuisée, se faisant, au fur et à mesure de ces exercices spéciaux, elle était devenue épuisable…jusqu’à une certaine limite bien entendu. Parcourir des terres pendant près d’une semaine lui semblait faisable, de plus la nuit elle se sentait revigorée et pleine d’une énergie nouvelle, comme si sans avoir dormit, la nuit avait ce même effet apaisant et revigorant. N’ayant pas une inspiration plus haute que l’autre, elle respirait toujours avec une facilité déconcertante que n’expliquait qu’à moitié les années entières passées à s’entraîner. En montagne l’air se raréfiait au point de devenir une denrée rare, son maître l’avait exilée durant quatre mois sur une hauteur effrayante en lui offrant comme seul ordre de survivre durant tout ce temps sans jamais descendre de cette hauteur, un mètre plus bas et elle perdait l’enjeu. Il savait parfaitement que balancer cet exercice au rang de défit ferait que jamais elle n’abandonnerait, le fait étant que quatre mois plus tard, lorsqu’il la retrouva, elle s’était créé un lit de neige dans un coin, suffisamment près d’une paroi rocheuse pour s’en servir de par-vent mais suffisamment loin pour éviter d’être écrasée durant son sommeil par un éboulis soudain.

Elle détestait l’eau, sous toute ses formes, glace, vapeur, tout cela l’horrifiait et…la terrifiait, c’était pour cette raison qu’il l’avait amenée là. Confrontée à sa peur sous une forme différente, elle devait puiser dans des trésors de courage pour ne pas sombrer dans la folie, la retrouver souriante mais écorchée de toute part ne l’étonna que de moitié : à force il savait pertinemment qu’elle n’avait rien d’une humaine que l’on pouvait rencontrer partout ailleurs. Fondamentalement différentes autant physiquement que mentalement sur certains plans, elle possédait une résistance qui suffisait à ébahir n’importe quel humain. Il avait néanmoins dû se heurter à un mur d’incompréhension totale et de terreur incommensurable lorsqu’il lui avait dit qu’elle devrait bientôt s’essayer dans un endroit entouré de l’élément liquide, effrayée comme l’aurait été un lapin sans défense face à un loup affamé, il n’avait pas insisté. Après cet épisode, il avait remarqué qu’elle se méfiait de lui à un point qu’il s’en sentait déçu et triste, avant de se rendre compte qu’il avait peut-être trop insisté sur ce point. C’était la seule et unique fois qu’elle échouait à un de ses testes et la faire dormir à proximité d’un point d’eau restait impossible, peut-être un ruisseau, à la rigueur une rivière mais certainement rien de plus grand. Il lui avait souvent demander pourquoi elle était tellement terrorisée par l’eau, elle restait toujours muette, silencieuse comme une tombe. Oui, Setsuko était unique en son genre mais cela ne l’empêchait pas de rester une humaine avec ses défauts et ses imperfections dues à sa race. Un sourire sur les lèvres, elle entendit plus qu’elle ne vit quelque chose fendre l’air, la vague d’air qui vint caresser délicatement son visage lui confirma ses pensées.

Elle entendit le bruissement furtif de l’herbe sous un pied, même extrêmement léger. Se redressant doucement, sachant que cette personne n’avait pour le moment aucune intention hostile puisqu’elle aurait très bien pu l’attaquer depuis un bout de temps. En peu de temps elle avait deviné qu’elle était épiée, comment ? Chaque fois que quelqu’un posait un regard trop insistant sur elle, les poils de sa nuque se hérissaient. Elle jeta un regard à l’inconnue et lui adressa un sourire à la fois chaleureux et rassurant, ses yeux brillants d’une malice jusque là jamais égalée.


- Bonjour mademoiselle l’Ange.

Détournant le regard après avoir brièvement incliné la tête devant l’étrangère, elle regarda l’impressionnant paysage qui s’étendait sous ses pieds, toujours aussi émerveillée par la beauté de la nature.
Revenir en haut Aller en bas
Kynthia
Ange
avatar

Nombre de messages : 1339
Age : 25
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Métier: Messagère du Vent
Niveau:
2/15  (2/15)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Grimpette   Mar 3 Juin - 0:56

Ce jour là, elle était partie de mauvaise humeur, puis, dans les cieux elle avait retrouvé un semblant d'état d'esprit positif, tout n'était pas perdu. Lorsque le vent lui avait parlé, elle n'avait pas aimé les "mots" qu'il avait employé et sa pensée avait été voilée de sombres pressentiments. Mais là, assise calmement aux côtés d'une inconnue qui semblait admirer autant qu'elle la nature que l'on voyait en contrebas elle se dit que rien ne pourrait jamais anéantire pareille beauté. Nul être sain d'esprit n'irait détruire le spectacle qui s'étalait au bas de la montagne, spectacle inlassable semblant infini. L'on pouvait distinguer quelques habitations rudimentaires, des arbres fruitiers que des paysans s'empressaient de décharger de leurs innombrables fruits, leurs gestes étaient rapides et saccadés par la peur. La Peur, avec un grand P. Personne ormis son peuple ne connaissait l'âge réel de Kynthia, une chose est sure, elle avait connu le monde avant les sombres et elle ne le reconnaissait pas. Même en ce lieu épargné - pour le moment - de cette invasion sans nom et sans visage, les gens étaient apeurés et se méfiaient de leurs voisins tels des poissons fuyant devant les requins. Comme les temps avaient changés ! Loin derrière eux étaient les années de puissance et de prospérité. Seraient-elles retrouvées un jour ? Toute messagère qu'elle soit, Kynthia n'avait pas la réponse à cette question.

Elle reporta son attention sur l'humaine qui l'avait saluée. Allait-elle passée pour malpolie si elle ne lui répondait pas ? Kynthia n'avait pas envie de parler, elle l'avait déjà assez fait avec Ralof qu'elle quittait quelques temps plus tôt, et ce n'était pas chose qu'elle aimait faire. Elle hésita à lui répondre via son moyen de communiquation habituel, la pensée, mais elle avait remarqué au cours de ces rares visites auprès d'habitants de ces terres que cette façon de communiquer les effrayait au plus haut point, sans qu'elle comprenne pourquoi. Quoi de plus naturel que de penser ce que l'on souhaire dire ? Grâce à cela, pas besoin de rompre le silence si précieux et si reposant ... Etrangement, l'ange doutait que quoi que ce soit puisse effrayer l'humaine qui se trouvait à ses côtés et qui observer le paysage qu'offrait leur haute position. Après quelques instants de réflexion et craignant que son attitude outrasse l'inconnue, elle opta pour la communication par télépathie.


* - Bonjour jeune humaine ... *

Elle se retrouva ne sachant que dire, aussi ne dit-elle rien de plus. Elle n'avait pas réfléchit à ce qu'elle pourrait dire, et n'étant absolument pas habituée à rencontrer des gens, elle ne savait pas engager de conversation. Comme pour dissiper ses doutes, une brise venue du contrebas passa. Cependant, bien qu'elle ne trouvait rien à dire, cette humaine l'interpelait. Que faisait-elle là, qui était-elle ? Pourquoi était-elle si différente des autres représentants de cette race faible que Kynthia ne portait pas dans son coeur à cause des préjudices qu'elle avait fait subir, jadis à son peuple ? Elle se rappela d'une des phrases qu'elle avait souvent entendue lors d'échanges entre les individus et qui consistait à se présenter. Ce n'était pas dans sa coutume, car les anges avaient tous une "signature mentale" qui leur permettait de s'identifier aisément. Bien que Kynthia répugnasse à donner son identité, elle trouvait idiot de n'avoir rien à dire, aussi préféra-t-elle ajouter un semblant de phrase à son salut.


* - Je me nomme Kynthia. *

Une fois cette phrase prononcée, ou plutôt pensée, Kynthia se sentit bête. Comme cela était bizarre d'affirmer s'appeler "un tel", comme cela était si futile ! N'ayant rien d'autre à dire elle se tu.

_________________


Alors que le vent me porte, face à mon destin,
Alors que la vengeance m'exhorte de bannir ses assassins,
Je sais qu'il est là, pour guider mes pas.
Kynthia, ange fondatrice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frontierescelestes.forumsactifs.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Grimpette   Mer 4 Juin - 19:36

Setsuko sursauta imperceptiblement, elle était persuadée d’avoir entendu une voix….sans qu’aucun bruit ne lui parvienne. Curieuse, elle observa un moment l’ange qui se dressait là, loin d’apparaître surprise par l’existence et surtout la présence d’un être pareil, elle semblait seulement…juste un peu curieuse mais restait d’un calme presque étonnant pour quelqu’un de normal. Mais elle n’avait rien de normal. Observant de nouveau le paysage en contrebas, elle pensa à l’événement curieux dont elle avait été, non pas victime, mais plutôt témoin. En effet, un bruit qui n’en était pas un. Son incommensurable curiosité fut de nouveau piquée à vif au point qu’elle peinait à se retenir de ne pas bombarder l’étrangère de questions. Alors qu’elle allait lâcher sur l’ange un flot incessant de questions, elle fut de nouveau interpellée par l’étrange phénomène. Cette fois-ci elle comprit, les paroles ne se déversaient pas par l’intermédiaire de son acuité auditive mais par celui de son esprit ! L’ange ne communiquait pas par la parole mais par la pensée, un moyen de converser très particulier qui…lui plaisait tout à fait ! Ne disait-on pas qu’un silence d’une heure en disait plus long qu’une journée de conversation ? En un sens elles ne feraient aucun bruit et, d’une certaine manière, tout se passerait dans un silence total des plus agréables. Se reculant un peu, sur les fesses, elle atteignit le pied de la falaise qu’elle comptait bien escalader par la suite. Reposant son dos contre la roche dont les aspérités lui rentraient dans le dos, elle regarda droit devant elle, un moyen de regarder à la fois la beauté de la terre mais également celle des cieux. Elle voyait tout, tout ce qui était relatif au ciel, tout ce qui était relatif à la terre mais elle restait aveugle malgré tout.

Fermant les yeux, elle chercha un moyen de répondre à son interlocutrice et pensa que, d’une certaine manière, elle pouvait faire comme cette….Kynthia. Avec un sourire, elle entendit les bruits de la nature autour d’elle comme un linceul de son et d’odeur que seul un aveugle pouvait percevoir. Le monde n’était plus que bruits et odeurs ainsi que sensation charnel, en effet, au travers de sa peau, elle pouvait reconstituer ce qui se trouvait sous elle et dans son dos. Reposant son esprit, elle cessa d’analyser tout ce qui l’entourait et pensa, pensa fort afin de pouvoir se faire « entendre » de son interlocutrice.

* Enchantée, je suis Kumiko Setsuko. Que fais un ange en ce bas monde ? T’ennuyais-tu dans ce royaume qu’est le ciel ? Ou es-tu là pour nous aider belle ange ?*

Elle ne rouvrit pas les yeux mais, comme d’habitude, elle avait eut recourt au « tu » familier et coutumier. Elle n’avait jamais vraiment utilisé le vouvoiement, sauf bien entendu avec son père et maître et quelques gens extrêmement rares que l’on ne pouvait compter que sur les doigts d’une main. Pendant un moment, elle se demanda si Sasha allait bien, s’il dormait toujours confortablement, veillant sur ce trésor insoupçonné qu’il avait entre les pattes. Sûrement. Il ne bougerait pas de là de si tôt…


[Désolée, vraiment pas d'inspi TT_TT]
Revenir en haut Aller en bas
Kynthia
Ange
avatar

Nombre de messages : 1339
Age : 25
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Métier: Messagère du Vent
Niveau:
2/15  (2/15)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Grimpette   Mer 4 Juin - 20:52

Le vent soufflait paisiblement maitenant, et était plutôt frais à cette altitude. Il semblait n'avoir jamais prononcé les mots qu'il lui confiait quelques minutes auparavant tandis que Kynthia commençait à en entrevoir la signification sans en être certaine. Lasse de les tourner et retourner stérilement dans son esprit elle décréta que l'humaine méritait toute son attention, si bien qu'elle relégua pour la première fois de sa - longue - existance les paroles de son confident au second plan, sans pour autant les oublier. Nulle trace de surprise était lisible sur le visage de l'inconnue, et l'on ne pouvait y lire qu'une curiosité contrôlée. L'intelligence semblait être omniprésente dans cet être, qui, au lieu de la submerger de questions toutes plus inutiles les unes que les autres, alla s'adosser à la paroie puis ferma les yeux. En descendant sur terre, l'ange n'avait pu imaginer pareil rencontre. Concrètement, cette humaine était la troisième personne à laquelle Kynthia accordait de son temps, mais très certainement celle qui l'intriguait le plus. Après un certains temps, la jeune humaine lui répondit, ce qui fit apparaître un sourire, le premier depuis des jours, sur le visage angélique de Kynthia. En effet, l'humaine n'avait pas parlé, mais bien pensé sa réponse ! Elle avait, toute seule, trouvé le chemin de son esprit et était parvenue à lui répondre à la manière d'un ange, ou d'un mage. Kynthia su alors qu'elle ne s'était pas trompée. Bien que l'ange ne se plaisait pas à parler de son peuple, elle sentit que cette fois, il le fallait. Après un bref instant, elle se décida à fournir à Kumiko Setsuko les réponses - ou plutôt une partie des réponses - qu'elle attendait.

* - Lorsque l'on goûte au ciel, on ne s'en lasse jamais, répondit Kynthia avec un sourire furtif, mais parfois, les évênements font que l'on est obligé de le quitter ... Mon peuple, mon peuple est lumière. Que ferons-nous une fois que cette essence de vie aura disparue ? Je suis là pour éradiquer toute trace des créatures souillant la terre sacrée des peuples. Malheuresement, nous n'avions pas mesuré l'ampleur de l'invasion, et la gangraine s'étend peu à peu, sans que nous n'y pouvions rien. Trop peu de personnes combattent ce fléau, et les rares qui le font ne survivent guère bien longtemps ... *

Bien sur, elle ne pouvait pas lui dire que plusieurs anges étaient déscendus, elle ne pouvait pas non plus lui confier où se trouvait leur royaume, ni combien ils étaient. Et à quoi bon ? Elle n'avait pas émis le souhait de l'apprendre. Pourquoi évoquer des faits qui ne servaient en rien à la compréhension même du problème ? Qu'est ce que pourrait bien apporter à cette jeune humaine si douée de savoir que les anges n'ont pas de sang et qu'ils ne se nourrissent de rien sauf de lumière ? Peut être cela l'aiderait-elle à comprendre la raison profonde de la haine que Kynthia portait aux sombres et à leurs alliés. L'ange lui apporterait ces réponses si Testuko posait les bonnes questions. Mais c'était à son tour d'en poser.

* - Comment une humaine peut être si à l'aise à une altitude telle ? *

Elle avait réfléchit sur les mots à utiliser, car son sentiment envers les humains n'était pas des plus agréable, mais elle ne tenait pas à mettre une certaine tension entre elles. Elle leva les yeux au ciel et s'apperçu que les nuages semblaient eux aussi intéressés par la conversation silencieuse que ces deux êtres tenaient à flanc de la montagne.



[xD moi non plus mais bon, on fait avec - plutôt sans ^^]

_________________


Alors que le vent me porte, face à mon destin,
Alors que la vengeance m'exhorte de bannir ses assassins,
Je sais qu'il est là, pour guider mes pas.
Kynthia, ange fondatrice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frontierescelestes.forumsactifs.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Grimpette   Mer 4 Juin - 21:31

[retrouvée !]

L’adolescente écouta les paroles envoyées par la conscience de l’ange, attentive, elle assimila chaque propos qui lui fut offert. Les anges étaient lumière. Avec un triste sourire, elle pensa que si elle avait été ange, jamais elle ne se serait nourrit de lumière et ses ailes, oui, ces ailes d’un blanc pur qu’elle aurait alors possédé, auraient été dénaturée pour prendre une couleur obscure. Un noir profond et envoûtant qui représenterait le néant, ô combien effroyable, qui grandissait chaque jour en elle. Un néant qui ne se nourrissait pas d’obscurité, de lumière ou quoi que ce fut d’autre, mais des questions qu’elle se posait inlassablement et qui ne trouvaient pas de réponses. C’était l’ignorance, la tristesse ravageuse qui assombrissait ses jours et ses nuits, c’était tout ce qui pouvait ressembler de près ou de loin à des sentiments négatifs. La jalousie. Jalouse de ceux qui peuvent profiter d’un père, d’une mère d’un frère ou d’une sœur. La haine. Haineuse envers ceux qui lui avaient causé ce tord qui l’avait menée sur la voie de la solitude. Ce qui lui restait d’une famille aujourd’hui disparue ne se constituait que d’une pauvre petite peluche qu’elle n’avait cessé de serrer contre elle de peur de la perdre. Même si son père et maître avait toujours été là pour elle, l’avait toujours rassurée lorsque le besoin était là, avait toujours prit soin d’elle, ce n’était pas suffisant. Qui pouvait se contenter d’une chose qui en remplace une autre ? C’était hypocrite, mesquin et pitoyable, certes. Elle aimait cet homme, plus que de raison et plus qu’elle même, mais elle voulait une famille, elle voulait un frère qui la protégerait même si, à première vue, elle n’en avait pas besoin, une sœur qui rirait avec elle, une mère qui rassurante et un père qui la rendrait folle de sa sur protection.

Tout cela se mélangeait dans un tourbillon d’incompréhension et d’étrangeté totale qui faisait que les gens qu’elle côtoyait ne voyaient en elle qu’une gamine perdue, esseulée, abandonnée et trop bizarre pour que l’on porte son attention sur elle. Ou tout du moins une certaine attention. Oui, qui pouvait seulement ne pas tourner son regard sur son passage ? Qui pouvait ignorer le rose flamboyant de ses cheveux, le bleu insondable de ses yeux et l’incroyable démarche qu’elle avait ? Personne, personne de ces êtres appelé Humains. Oui, en réalité elle n’était rien. Elle n’était pas humaine, qui pouvait dire qu’elle était humaine ? A quoi se bornait-on pour la qualifier d’humaine ? Qu’est-ce qui la faisait ressembler à une simple humaine ? Elle n’était pas une ange, pas une démon, elle n’était rien. Une créature unique en son genre, comme tout à chacun, mais avec quelque chose en plus. C’était difficile à comprendre, en réalité, tout ce qui touchait de près ou de loin à Setsuko était incompréhensible, rien ni personne ne pouvait cerner ce curieux personnage qu’elle incarnait. Et elle en était fière, fière d’être différente…même si cela la rendait souvent malheureuse, triste d’une solitude à la fois volontaire et involontaire. Poussant un profond soupire, elle se redressa et ouvrit enfin les yeux pour les poser sur l’ange qui se trouvait à ses côtés. Celle-ci ne tarda pas à lui poser une question, comme le jeu auquel elle jouait avec son maître, Dave, il posait une question, elle répondait, elle en posait une autre et c’était à son tour de répondre. Un jeu amusant, emplit d’un potentiel de découverte insondable qu’elle avait pourtant effleuré tout au long de sa jeunesse, au court de ces parties, elle avait apprit beaucoup de choses.

Adressant un sourire radieux à l’ange Kynthia, elle se courba en avant, posant se mains près du bord de la falaise et poussa son corps vers l’avant. Aussitôt, elle se retrouva la tête en bas et les jambes en l’air, droite à la manière d’un piquée. Dos au vide. Une chute lui serait fatale, mais pourquoi aurait-elle peur ? Elle souriait toujours, confiante sans que cela ne soit excessif car elle savait qu’elle n’était rien face à l’attraction terrestre, que si elle commettait une erreur ce serait la dernière si elle n’agissait pas à temps. Malgré l’intense attention dont elle devait faire preuve pour ne pas perdre l’équilibre, elle souriait toujours et trouva le moyen de répondre à l’étrange personnage qu’était l’ange, parlant, ou plutôt pensant, d’une voix enjouée mais vibrant d’un plaisir sauvage :

*Pourquoi aurais-je peur ? Pourquoi craindrais-je le vent qui caresse mon corps sans vouloir le bousculer ? Dois-je être effrayée par l’altitude parce que les autres Humains, ceux de ma prétendue race, la craigne ? Dois-je me borner à ce qui les effraies et vivre dans une prison qu’ils auront inconsciemment érigé autour de moi ? Je suis libre Kynthia ! Libre de faire ce que je veux, de braver le danger et, mieux encore !, la mort. J’aime la liberté que m’offre la montagne, je lance un défi à ceux de ma race : qu’ils essaient de m’empêcher de faire ce que je veux ! Pourquoi devrais-je craindre la Terre ? N’est-elle pas celle qui m’a permis de vivre ? Pourquoi reprendrait-elle la vie qu’elle m’a offerte ? Si je devais mourir alors ce sera en faisant ce que je veux, en n’ayant peur que de ce qui m’effraie au de-là de ce que me dicte la raison et les paroles des autres.*

Elle ne savait pas exprimer ce qu’elle ressentait, la véritable raison de ses actes. C’était trop profond, encré dans sa nature, dans son être. Elle était dévouée corps et âme à la liberté, mais pire encore !, elle n’appartenait pas à la liberté, elle la vivait, vivait par elle-même sans influencer les autres, se contentant de vivre comme elle le voulait, si elle le voulait. Se laisser tomber de cette hauteur ne la dérangeait pas, il lui suffisait d’avoir confiance, en elle et en ses capacités, en la terre et en ses ressources. Son corps lui avait été donné, elle l’entretenait avec minutie et, quitte à devoir braver tous les dangers, elle le mettait à l’épreuve dès que l’occasion se présenter. Sauter dans le vide n’était plus un acte d’exception, n’était plus un acte unique : elle l’avait fait des centaine de fois sans jamais craindre la mort ! Qui pouvait comprendre Setsuko ? Elle-même peinait parfois à suivre ses propres idées, ses propres actes et sa manière d’agir tout autant que celle de pensée…
Revenir en haut Aller en bas
Kynthia
Ange
avatar

Nombre de messages : 1339
Age : 25
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Métier: Messagère du Vent
Niveau:
2/15  (2/15)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Grimpette   Ven 6 Juin - 0:39

[en effet ^^]


L'humaine eut un sourire triste, si furtif que Kynthia ne sut si elle avait rêvé. Cependant, elle fut certaine d'avoir touché un point sensible car l'attitude de Setsuko changea radicalement tandis qu'elle s'approchait du rebord de la falaise. Kynthia ne bougea pas d'un cil, semblant savoir ce qui allait se passer. Le savait-elle ou le sentait-elle ? Cela importe peu, toujours est-il qu'elle ne fut nullement surprise par ce que fit l'adolescente. Il aurait suffit à Kynthia de cligner de l'oeil pour que l'humaine bascule dans le vide, emportée par une bourasque plus puissante que les autres. Mais bien entendu, l'ange ne toucha pas au vent, ni pour le calmer ni pour le bousculer, elle se contenta d'écouter ce que lui disait l'humaine. Ainsi elle se prétendait libre, mais il n'en était rien. Ces yeux reflétaient un vide si profond qu'il la tenait prisonnière d'elle même, de son passé, de son présent peut être même de son avenir. Quelqu'un qui ne peut se libérer des tourments qui le rongent doit-il être considéré comme libre ? Kynthia en doutait. Bien que sa volonté de ne pas sonder l'esprit des personnes l'empêchait de le faire, ses pensées s'étaient naturellement approchées de celles de sa camarade pour mieux suivre le dialogue qu'elles menaient, qu'inconciament certains sentiments de Setsuko vinrent à Kynthia. Elle perçut alors l'humaine comme quelqu'un de perdu, cherchant ça et là quelque chose d'inaccessible, qu'elle ne pourrait avoir et elle était prisonnière de cette quète inconsciente qui la tenait depuis, semblait-il, toujours.


" - Tu te prétends libre, mais tu ne l'es nullement. Regarde au fond de toi, des tourments te rongent et t'empêchent de savourer la vie qui t'es offerte, ne parlons pas de la liberté que tu affirmes connaître ! Une personne tourmentée n'est pas libre, Setsuko, tu crois l'être mais il n'en est rien. Je ne te connais pas, et je n'essaye pas de te comprendre, tout ce que je peux affirmer, c'est que la liberté te fuira tant que tu ne te seras pas débarassée de ce qui te ronge. Le trouver sera plus facile que de t'en défaire, mais une fois fait alors oui, tu seras libre. "


Kynthia posa un regard vide sur l'humaine qui déjà avait disparue de son champ de vision. Elle ferma les yeux et visualisé la montagne, puis les îles. Cela lui permettait de faire le point et de se reposer. Une fois fait, elle décida de revenir à son corps, sachant pertinemment que son "absence" ne passerait pas inaperçue si elle se prolongeait. Elle rouvrit les yeux, se leva et secoua ses ailes qui perdirent quelques plumes qui voletèrent çà et là à l'image des feuilles quittant leur arbre l'automne arrivé. Elle était restée trop longtemps posée, le ciel lui manquait, mais il lui faudrait encore attendre, car cette personne était bien trop intéressante pour qu'elle la laisse partir de la sorte. Qu'avait-elle vécu pour sembler si prisonnière d'elle même ? Si Kynthia ne possédait pas tant de principes, elle aurait déjà trouvé les réponses en s'imisçant dans la mémoire de son interlocutrice, cependant elle estimait que si Setsuko ne voulait pas lui en parler, elle ne voudrait certainement pas qu'elle lui arrache les réponses de force.

Machinalement et comme à son habitude, Kynthia rapprocha devant elle ses mains et concentra une quantité importante de vent qu'elle fit tourbilloner de plus en plus vite, jusqu'à ce qu'une tornade sembla naître de ses mains. Elle tourna la paume gauche vers le ciel si bien que cette tornade - pas plus haute qu'un fruit de saison - se retrouva dans le creux de la main appartenant à l'ange qui semblait s'émerveiller devant elle. Puis la tornade disparut, comme dissoute dans le néant Kynthia se rassit, l'esprit vidé de tout ce qui l'encombrait l'instant d'avant, prète à réfléchir et à parler, ou encore à dormir, bien que l'heure de la sieste n'avait point encore sonnée.

_________________


Alors que le vent me porte, face à mon destin,
Alors que la vengeance m'exhorte de bannir ses assassins,
Je sais qu'il est là, pour guider mes pas.
Kynthia, ange fondatrice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frontierescelestes.forumsactifs.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Grimpette   Dim 8 Juin - 17:21

Désorientée par les paroles de l’ange, elle quitta le rebord de la falaise et l’équilibre qu’elle avait alors entreprit de maintenir, les paroles pouvaient paraître justes pour elle, cela ne représentait qu’une facette de ce qu’elle pensait. Oui, elle était prisonnière de son passé mais d’un autre côté elle ne l’était pas, son passé faisait partit d’elle comme son présent au même titre que son futur. Se débarrasser de ce poids qui encombraient ses épaules, ces paroles la firent rire, un rire silencieux démentit par un éclat de chagrin brillant dans ses yeux d’un bleu profond et envoûtant. Se débarrasser de ce poids ? Si seulement l’ange savait, elle ne pouvait pas s’en débarrasser faute de pouvoir ou de vouloir. Pourquoi ? Parce que la vie avait décidé que dès sa naissance se poids s’envolerait de ses épaules pour n’être plus qu’un rêve irréalisable qui la tourmenterait probablement longtemps, peut-être jusqu’à sa mort. Elle ne pouvait pas se débarrasser de ce poids qui se nommait famille puisque dès sa naissance ou en tout cas peu après, elle en avait été privée, elle ne pouvait donc pas se retirer de cela comme bon lui semblait. Ce qu’il lui fallait faire ? Rechercher activement sa famille mais elle le faisait déjà mais elle était libre d’arrêter puisqu’à chaque ville passée cet espoir infime de retrouver un frère ou une sœur s’envolait haut dans le ciel mais la liberté s’était aussi accepter de poursuivre un effort probablement vain. Avec un soupire, elle se leva et s’approcha de nouveau du bord, observant l’étendu de la terre défiler sous ses yeux avec une immensité impressionnante tout autant qu’elle était unique et vivante malgré les dires de certaines personnes. Setsuko se sentait plus proche de la nature que des humains, c’était un fait et rien ne le changerait.

Elle ferma les yeux et eut un sourire tandis que le vent venait caresser son visage.

*Je ne peux me débarrasser de mes démons, je l’ai déjà fais bien qu’involontairement. Je suis prisonnière de mes sentiments, peut-être que la liberté n’est qu’un rêve que l’on ne peut atteindre qu’au travers d’une persuasion sans faille. Je me considère libre de faire ce que je veux et c’est ce que je fais. Cette quête dont tu parles, elle serait probablement éternelle tout du moins jusqu’à ma mort ou alors abandonnerais-je avant que cela n’arrive, qui sait ? Tu es un être comme on en rencontre rarement, ce rapprochement que tu possèdes avec le vent, ce regard que tu poses sur les cieux et cette caresse qu’il t’offre en chaque instant comme le geste doux d’un frère envers sa sœur tu ne devrais pas rester clouer au sol. Mais ta présence me plaît.*

Elle adressa un sourire à l’ange et se tourna vers elle, elle restait un rien immobile, fixant cet être que l’on nommait ange et qui fascinait tant de monde de part le mystère qui les entourait depuis toujours. A présent elle pouvait répondre à la question que tout le monde se posait : oui, les anges existaient bel et bien…


[C'est affreuuuux, désolée T_T]
Revenir en haut Aller en bas
Kynthia
Ange
avatar

Nombre de messages : 1339
Age : 25
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Métier: Messagère du Vent
Niveau:
2/15  (2/15)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Grimpette   Mar 10 Juin - 18:54

[Mauhhhh nan, arrête de dire ça xD le jour où je ferais ce que tu fais, je serais aux anges =) (jeu de mot pourri, j'avoue :rire1:)]

Kynthia observa l'humaine. Leur discussion prenait une tournure tout autre qu'elle ne l'aurait imaginé au premier abord. Cette petite avait du subir maintes épreuves, du moins trop pour son jeune âge. Ce genre de paroles ne devraient pas venir d'une adolescente, pourquoi le sort s'acharnait-il comme cela ? Bien que l'ange ne connaisse rien du passé de Setsuko, elle eut soudain envie de lui venir en aide... Mais comment ? Elle appartenait au ciel, et elle à la terre, seule la pluie pouvait joindre les deux, en théorie. Mais là, une créature céleste était descendu à terre, cela pour aider la terre. Ne pouvait-elle pas alors tendre une main secourable à une créature de cet élément. Si bien entendu, mais ce n'était pas évident que Setsuko accepte une aide quelquonque, elle paraîssait indépendante.

L'esprit de Kynthia abandonna momentanément ces réflexions pour tendre vers la des paroles de Setsuko ... Inconsciament, l'ange souffrait de cette trop longue attente sur la terre ferme, elle aimerait retourner dans les cieux bien qu'elle doutasse que cela la soulagerait ... Ce qui lui manquait, c'était le royaume de son peuple, royaume que personne ici ne connaissait, royaume qu'elle ne reverait certainement jamais, à l'image de Lothial qui le quitta pour ne jamais plus y revenir. Soudainement, elle eut comme une envie de pleurer, ce qui l'amena à se détourner de l'humaine, afin de ne pas laisser paraître son malaise, même si, par ce changement d'attitude elle risquait d'éveiller les soupçons de sa jeune connaissance. Pendant plusieurs secondes, peut être plus, elle repensa à cet ami perdu à jamais, avec qui elle avait passé une enfance heureuse, bonheur qui aurait dû durer sans les sombres, mais qui fut briser par eux, sans même qu'ils le chassent. Le serment fait le jour de sa mort ne prendrait fin qu'avec la mort de Kynthia ou l'anéantissement total des sombres.

Elle fit un grand effort pour se ressaisir. Elle était là, certainement pour un moment plus grand qu'elle ne le voudrait, et elle ne souhaitait pas que ce moment de faiblesse se prolonge plus que cela, car elle n'aimait pas montrer aux autres quel être fragile et vulnérable se cachait dérrière ces grandes ailes emplies de lumière et ces yeux aussi profonds qu'un lac azur. Aussi se força-t-elle à refaire face à l'humaine, puis à lui répondre.


* - Je ne sais quelles sont les épreuves que tu as subis, je ne sais rien de toi, de ton vécu. Mais si je peux faire la moindre chose pour t'aider, dis-le. *

L'ange était sincérement prête à aider Setsuko, mais persuadée que cette dernière refuserait poliment sa proposition. En y pensant, Kynthia trouva étrange qu'une personne telle qu'elle soit clouée au sol. Une paire d'ailes, quelles qu'elles soient lui iraient beaucoup mieux ... On ne choisit pas ce qu'on est, on se contente de le subir ...

_________________


Alors que le vent me porte, face à mon destin,
Alors que la vengeance m'exhorte de bannir ses assassins,
Je sais qu'il est là, pour guider mes pas.
Kynthia, ange fondatrice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frontierescelestes.forumsactifs.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Grimpette   Mar 10 Juin - 20:27

L’adolescente se dressait, fière et élégante, sauvage dans sa manière de se vêtir et dans sa manière d’agir sa silhouette semblait défier les cieux et pourtant il n’en était rien. Setsuko se montrait sauvage et farouche dans sa manière de se comporter et sa manière de voir les choses. Elle intriguait sur tous les plans, déjà sa couleur de cheveux en imposait par sa singularité, de plus sa combinaison noire moulante qui dissimulait des dagues et des poignards mais laissait pourtant deux lames à la vue des uns et des autres qui n’étaient autre que ses Lames du Signes. Elle était consciente sans l’être réellement des regards qu’on lui jetait dans la rue sur son passage, des regards intrigués, curieux et surpris, parfois c’était un regard de convoitise car même si elle avait quitté l’orphelinat depuis plusieurs années déjà, on la recherchait toujours mais par pour cette unique raison. Voleuse de talent, tueuse à ses heures, elle était également recherchée pour bien des méfaits que l’on lui reprochait avec ou sans raison selon la façon dont on voyait les choses. Ceux qu’elle avait tués n’étaient pas tous des innocents n’ayant jamais commis le moindre mal, certains prétendaient qu’elle avait tué des Sombres et parfois des Lumineux, le fait étant que dans tous les cas, elle n’éprouvait aucun remords et que dans le cas des uns ou des autres, ce n’était pas sans raison si elle avait abattu son épée. Jamais son katana n’avait tranché sans réelle raison ni à l’aveuglette, il y avait toujours du bois pour allumer le brasier de sa lame…Oui, cette rumeur traînait mais la réalité devait être tout autre et puis la vérité né toujours des racontars alors pourquoi pas ? Elle, elle se contentait de poursuivre sa route, indifférente, elle connaissait la vérité et cela lui suffisait.

Elle sourit à l’ange tandis que celle-ci lui tournait le dos pour, probablement, dissimulé un instant de faiblesse car, elle n’était pas sans l’avoir remarqué, Kynthia s’était plongée dans des souvenirs qui, sans le moindre doute, n’étaient en aucun cas joyeux ni agréables. Elle resta immobile le tant que l’ange reprenne doucement ses esprits, elle savait très bien ce que s’était que de laisser ses émotions déborder malgré les barrières érigées afin de les empêcher d’assaillir l’esprit contre le grès de la personne. Elle le savait très bien et avait finit par développer une double personnalité, une autre facette que celle qu’elle arborait de jour. En effet lorsque le soleil trône dans le ciel, joie de vivre et chaleur rassurante sont de mise et présentes à chaque instant sur son visage angélique, dans ces moments là ses ailes, selon les uns, auraient été d’un blanc immaculé scintillant d’une lueur qui refléterait sans le moindre doute la vie et le bonheur qu’elle représente, cependant lorsque la lune reprend ses droits tristesse soudaine et souvenirs qui reviennent l’assaillent, si elle avait été un ange ses ailes auraient été noires sans le moindre doute selon sa propre manière de voir les choses, pour les autres elles auraient été blanches. La preuve en était faite que les humains n’avaient rien d’observateurs ou d’intelligents, ils se contentaient de la façade et ce n’était pas sans un certain dégoût qu’elle avouait être humaine. Enfin non, ce n’était pas vraiment du dégoût, c’était de l’indifférence, le fait d’en être une ne la dérangeait pas puisque selon ses propres convictions elle n’était pas humaine. Le chemin tortueux de son raisonnement resterait inconnu et mystérieux pour le monde souhaitant pourtant la connaître et le resterait jusqu’à sa mort ou jusqu’à ce qu’elle se livre…


- Alors soit. J’aimerais sincèrement que tu cesses de cacher cette tristesse qui fait pourtant ta force. Si tu dois pleurer alors pleure et ne te retiens pas en pensant que c’est une faiblesse, considère cela comme un bienfait, cela montre que tu as un cœur et que malgré les tourments qui t’accablent tu restes telle que tu es et que tu resteras.

C’était un peu maladroit, elle ne savait pas vraiment comment s’exprimer. Elle-même cachait ses larmes cependant ce n’était pas les mêmes, ses larmes à elle ne la rendaient pas plus forte mais l’affaiblissaient de jour en jour. Ses larmes représentaient le désespoir de ne pas retrouver une famille, une personne proche avec qui avoir des liens et ses larmes symbolisaient la recherche vaine qu’elle entreprenait comme pour lui signifier que malgré tout ce temps elle n’avait toujours trouvé personne et que malgré son espoir jamais cela n’arriverait. Setsuko était probablement la personne la plus apte à consoler les uns et les autres dans leurs malheurs, prête à les prendre dans ses bras si cela pouvait les aider à se sentir mieux, prête à les rassurer si c’était dans ses cordes. Même si elle ne connaissait pas le tourment des uns et des autres, elle savait à quel point un poids pareil pouvait être ennuyeux, gênant, embarrassant et accablant. Se qu’on pouvait lui reprocher malgré cette bienveillance innée ? Le fait que si elle demande aux autres de se reposer sur elle si ils le voulaient, jamais elle ne se reposait sur les autres, se débrouillant seule malgré le fait qu’elle cherchait quelqu’un sur qui se reposer. C’était compliqué mais c’était Setsuko et le sourire qu’elle affichait accentué cette impression de voir un ange en face de soit. Malgré sa chaleureuse bienveillance peu de gens en avaient profité pour la simple raison qu’elle restait rarement avec les gens et dans un même village c’était pourquoi il était rare qu’elle noue des liens avec les uns et les autres puisqu’elle savait son départ proche ou en tout cas à venir…
Revenir en haut Aller en bas
Kynthia
Ange
avatar

Nombre de messages : 1339
Age : 25
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Métier: Messagère du Vent
Niveau:
2/15  (2/15)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Grimpette   Jeu 12 Juin - 0:42

[Euh ... Là les pensées c'est pas des paroles .... XD]
['tention, on va apprendre beaucoup du passé de l'ange ...]



"Cette tristesse qui fait pourtant ta force." ... Kynthia fut comme aspirée plus d'une centaine d'années en arrière, dans les méandres de son vécu, de ses souvenirs...

** - Que t'ai-je dit hier ? Hein ?!
L'archange secouait une petite ange, dont les ailes commençaient à peine à percer le dos fragile. Elle semblait sangloter, mais cela n'était pas certain, car dans la lumière qui régnait alors sur la scène, l'observateur avait du mal à distinguer tous les détails. Après une pause, et voyant que l'ange ne répondait pas, l'archange se remit à lui parler, d'une voix ferme et ne laissant paraître que le mécontentement.
- Je t'ai dit de toujours te souvenir du principe fondateur de notre communauté : la tristesse est faiblesse, la peur lâcheté et la douleur veulerie. Mais en une nuit tu l'as oublié n'est ce pas ? Répète, répète le !!
L'archange, dans sa colère avait saisit l'enfant par le col et la secouait maintenant au dessus de ce qui semblait être le sol. L'enfant, qui semblait terrorisée prit sur elle et ravala ses larmes. Ne voulant pas décevoir l'archange, elle dit, après avoir rafermit sa voix, ce qu'elle venait d'entendre.
- La tristesse est faiblesse, la peur lâcheté et la douleur veulerie. La tristesse est faiblesse, la peur lâcheté et la douleur veulerie. La tristesse est faiblesse, la peur lâcheté et la douleur veulerie.. **


La tristesse est faiblesse, elle n'est pas force. Comment la faiblesse pourrait-elle être un force ? Soudain, Kynthia eu peur, peur de sa faiblesse. Cette peur, grandissante n'était pas explicable, c'était une peur irrationnelle. Elle avait peur de sa faiblesse, mais la faiblesse ne fait pas peur, ce n'était donc pas de ça. D'elle alors ? Ou peut être de l'archange de son passé ... Ou peut être des trois. Mais cette peur ne fut rien comparée à ce qu'elle ressentit lorsqu'elle se rendit compte qu'en plus d'être faible, elle était lâche. Elle avait grandit avec ce principe, le fait de le trahir la rendait furieuse, une fureur dirigée contre elle-même. Mais cette colère froide eut du bon, et elle se replongea de nouveau dans ses souvenirs.

** L'archange reposa l'enfant à terre, puis s'agenouilla à son niveau, la prit par les épaules et lui parla en plongeant son regard azuré dans le sien.
- Mais rappelle toi, si la tristesse est faiblesse, la peur lâcheté et la douleur veulerie, la plus grande faute est de le montrer. Qui pourrait se vanter de ne jamais avoir mal, de ne jamais avoir peur, de n'avoir point de coeur ? Personne. Mais les Grands ne le montrent. Ne montrent pas tes émotions, quelles qu'elles soient, tu n'en sera que plus redoutable. **


Depuis sa descente du Royaume, elle avait eu trop tendance à oublier cette phrase sur laquelle toute sa vie était posée, elle fit le serment de ne jamais plus l'omettre. En une fraction de seconde, son visage triste reprit de la vigueur, rien n'aurait put laisser penser que l'instant avant, ses yeux avaient été à la limite des larmes. Elle regarda Setsuko. Bien sur, elle ne pourrait pas comprendre le principe d'une vie, pillier encrée si profondément en elle que le simple fait de l'avoir oublié si longtemps avait suffit à la rendre faible, peut être lâche ... Non, pas lâche, car la peur ressentie pendant un bref instant avait disparue, tandisque la tristesse, elle, demeurait intacte. Intacte mais invisible à présent. L'attention de l'ange se reporta sur l'humaine, qui lui apparu sous un autre jour.

- La tristesse est faiblesse. C'est erreur que de croire le contraire. Cela ronge les individus de l'intérieur, les détruisants peu à peu. Les êtres faibles sont voués à l'échec. Je suis faible, mais pas lâche, je la combattrait jusqu'à la fin, jusque dans la mort.

Kynthia observa de nouveau l'humaine. Une vision étrange, peut être révélée par les souvenirs recents, s'imposa à elle. A la place de l'humaine se dressait un ange, un ange gris, aux cheveux roses. Comme si Setsuko avait des ailes, ailes n'attirant pas la lumière, à l'image de celle des anges qui choisissent eux-même de s'exiler. Cette vision fut brève, mais restera à jamais gravée dans la mémoire de Kynthia.

- Dit moi Setsuko, n'as-tu jamais souhaité voler ?

_________________


Alors que le vent me porte, face à mon destin,
Alors que la vengeance m'exhorte de bannir ses assassins,
Je sais qu'il est là, pour guider mes pas.
Kynthia, ange fondatrice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frontierescelestes.forumsactifs.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Grimpette   Ven 13 Juin - 19:27

Setsuko l’observa un moment, attentive, ce qu’elle avait cru voir sur le visage de l’ange l’avait intriguée, comme si soudainement elle s’était absentée, plongée dans un souvenir lointain qui, pourtant, était bien réel, bien présent, les protagonistes de ce souvenir devaient paraître si réels qu’elle devait penser pouvoir les toucher. Dans ses rêves, lorsqu’elle était gamine, elle imaginait souvent des parents et les croyait bien réels, bien solides, bien physique jusqu’à ce qu’elle ne se réveille en sursaut avec une affreuse impression de vide et d’abandon, le tout fusionné donnant un résultat vide de sens et un esprit ravagé…qui l’avait pourtant portée si haut qu’aucun humain ne pouvait la rattraper, enfin, c’était une façon de parler bien entendu. Elle resta un moment troublée, elle aussi plongée dans un certain moment de sa vie comme si l’obscurité oppressante du dortoir revenait de nouveau la hanter, lui rappelant également que dans une de ses bottes se trouvait son fidèle harmonica et que depuis toute petite elle l’avait avec elle. En un sens, il était, avec Doudou, le seul souvenir de sa vie passé. Si on regardait bien, Setsuko ne s’encombrait pas d’objets inutiles en dehors de quelques souvenirs dont elle avait besoin, non pas matériellement parlé mais plutôt dans le sens symbolique. Sa peluche lui donnait l’espoir que ses parents soient encore en vie, elle était la preuve qu’elle en avait eut et que ce n’était pas un abandon volontaire de la part de ses parents mais plutôt une preuve qu’il s’agissait d’une nécessité plutôt que d’un acte de lâcheté. Son harmonica lui rappelait ces moments sur le toit de l’orphelinat et que, malgré l’acharnement de la vie, il y avait toujours un endroit, quelque chose, pour nous montrer que l’espoir existait encore.

Par de là ces deux objets, une chemise se trouvait dans le sac que gardait Sasha, c’était, entre autre, la seule et unique chemise que son père et maître eut jamais porté. Par delà le temps, elle portait encore l’odeur caractéristique de son maître, étant une jeune fille connaissant bon nombre des secrets de la végétations, leur propriété mais également leurs essences pouvant servir à la conception de parfum, elle était parvenu à reproduire celui de son seul et unique père et chaque fois que l’odeur commençait à s’estomper, en mettait afin que l’habit conserve son odeur d’origine. C’était une preuve que malgré sa solitude résultant d’un abandon autant déchirant qu’involontaire, elle avait tout de même quelqu’un qui l’aimait et qui pensait à elle au travers des jours qui passaient. Sasha aussi était un souvenir à sa manière, lui aussi était une preuve par delà son existence bien réelle et bien vivante, il représentait l’amour d’une meute de loup pour une jeune fille qui, pourtant, n’avait été qu’une observatrice discrète et qui ne se permettait de les approcher que de temps en temps. Bon bien entendu, malgré les distances qu’elle avait instauré dès le départ, elle avait été incapable de se tenir trop loin et au final avait noué quelques liens avec des membres de la meute, devenant en quelque sorte l’amie de la louve dominante et de son compagnon, une autre louve s’était approprié la place de mère protectrice et, durant son long séjour dans la forêt, elle avait déjà été protégée hargneusement par la femelle, celle-ci s’étant montrer particulièrement redoutable et rageuse envers l’ennemi de ces jours-ci. Elle ne se souvenait d’ailleurs pas avoir eut un réel ennemi, peut-être quelques animaux sauvages qu’elle aurait un peu trop embêté.

Elle avait de nombreux souvenirs, c’était une façon de se prouver qu’elle avait une vie, qu’elle vivait réellement, que malgré le fait qu’elle n’ait aucune attache, elle restait un être vivant à part entière. Même si elle n’avait jamais noué de véritables liens avec la race humaine, à vrai dire avec aucun humain en dehors de son maître, elle restait tout de même l’amie de quelques créatures surprenantes. La relation la plus amusante étant l’inversion des rôles qu’elle avait observé dans la forêt. A ce moment là elle avait souvent remarqué que les ours étaient représentés en peluches adorables et mignonnes, ce faisant, elle avait déjà vu un ours et avait tout de suite remarqué que la ressemblance n’était pas flagrante et qu’aucun ours ne se serait laissé enlacé de la sorte. Dans sa vie, les rôles avaient été inversés. En effet, à la base c’était l’humain qui serrait une peluche d’ours dans ses bras, eh bien là c’était un ours en chair et en os qui prenait l’humaine pour sa peluche, le tout étant tout à fait adorable mais particulièrement risqué comme le lui avait fait remarqué son maître. Le fait étant que l’ours s’était toujours montré doux et adorable envers elle…sauf bien entendu dans les moments où elle l’agaçait fortement et lorsqu’il était dans sa saison des amours, dans ces cas là elle se tenait loin de tous les animaux et restait confinée en compagnie de son enseignant et parent. Elle sortit de ses souvenirs lorsque la voix de l’ange raisonna, lui offrant alors la raison de ce trouble, de ce flash du passé. Cette femme était persuadée dur comme fer que la tristesse était une faiblesse, esquissant un faible sourire, elle s’apprêta à répondre lorsqu’elle lui posa une question qui la laissa muette de surprise. Pendant un moment, elle craignit d’avoir mal compris, mais saisi la question mais le fait était là : elle avait bien entendu.


- Qui…Qui n’a pas un jour rêvé d’affleurer les cieux ? Oui, j’ai souvent voulu voler, vouant une admiration sans limites à la voûte céleste sans savoir si un jour je monterais sur une montagne, une maison, qu’importe ! suffisamment haut pour toucher le ciel. Voler est un désir ardent mais la réalité est toute autre. Mais, pourquoi cette question ?

Elle était curieuse, curieuse cependant toute malice c’était envolée de son regard remplacé par une curiosité et une incompréhension sans faille. La question qu’elle avait voulu poser à l’ange avant que celle-ci ne la devance était morte dans sa gorge mais restait à son esprit. Pour le moment occultée par des sensations trop fortes pour y penser…
Revenir en haut Aller en bas
Kynthia
Ange
avatar

Nombre de messages : 1339
Age : 25
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Métier: Messagère du Vent
Niveau:
2/15  (2/15)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Grimpette   Mar 17 Juin - 23:36

[=X mon PC a bugué lors de l'envoie, adieu mon RP =X alors j'ai refias assez vite, on a assez attendu, mais désolée pour la médiocrité =X]

La vision de Kynthia entait ses pensées. Comment pouvait elle avoir vu un ange en cet humaine ? Certes elle était étonnante, et ne ressemblait en rien aux autres humains peureux et non digne d'intéret, mais cela ne suffisait pas. Elle l'observa, essayant de faire abstraction de cette image pour essayer de trouver des ressemblances entre une personne de son peuple et Setsuko. Pourtant elle n'en voyait pas, la couleur de ses cheveux étant singulière, bien que l'ange n'était pas dupe quant à son origine, et la jeune fille était trop instable pour avoir un quelquonque rapport avec un ange. Et pourtant, pourtant ! Kynthia avait eut cette vision pour le moins étrange et ne parvenait pas à dire si elle venait d'un jeu de son esprit, d'un signe du vent ou alors de sa tête qui commençait à lui tourner d'être restée si longtemps posée. Cependant la réponse de Setsuko vint comme appuyer l'image qui entait l'esprit de l'ange. Elle avait voulu et voulait voler, atteindre le ciel sans jamais le pouvoir. Cela était étrange ! Pourtant ne disait-on pas que le rêve de l'homme était de voler ? Mais elle en parlait différemment, quelque chose en elle affirmait ses dires, sans que l'ange ne puisse dire quoi. Cela la mettait en colère contre elle-même, d'habitude si clairvoyante, elle était là comme une aveugle. Il fallait qu'elle réfléchisse, quels étaient les éléments qu'elle avait ? Rien, seulement sa vision, celle-là même qui la bloquait totalement. Si elle la bloquait, c'est qu'elle devait contenir quelque chose, un élément dérangeant, et pour le trouver elle ne devait plus se concentrer sur l'humaine mais bien sur la vision.

Elle ferma quelques instants les yeux, afin que le souvenir s'impose mieux à son esprit. Elle le détailla sous toutes les coutures, mais l'apparance de l'humaine était trop omniprésente, elle n'arrivait pas à reconnaître qui que ce soit. Elle reouvrit les yeux et observa l'humaine qui attendait. Celle-ci tourna la tête vers la paroie rocheuse, c'est alors qu'une seconde vision, cette fois bien plus précise s'imposa à elle, et elle referma aussitôt les yeux pour la garder graver en elle. Cette fois elle la reconnue, cette silhouette, ce visage, tout en cette vision lui reppelait quelqu'un. Elle avait beau retracer méticuleusement sa vie, elle ne parvenait pas à se rappeler, ou plutôt ne voulait pas se rappeler de cette personne si familière, car cela reviendrait à admettre ce qu'elle ne voulait pas admettre. Elle cessa de chercher, essayant plutôt de comprendre comment il apparaissait comme cela, et pourquoi surtout ? Comment un ange pouvait se dégager d'une humaine ? L'incompréhension se mua en frustration, Kynthia était vexée de ne pas comprendre. Peut être devait-elle en parler à l'humaine, peut être cette dernière connaissait d'autres anges ?


- Je ne connais pas de personne telle que toi, tu m'intrigues. Je ne sais rien de ta vie, je ne parviens pas à te cerner. Et pourtant, quelque chose en toi me rapelle une personne que j'ai connue ... Certaines des tes attitudes me la rappelle, pourtant je ne comprend pas. J'aimerais que tu me répondes honnêtement, as tu déjà été en contact avec une autre personne de mon peuple auparavant ?

Quand bien même s'eut été le cas, cela expliquerait-il le fait que cette image s'impose à l'esprit de l'ange ? Certainement pas, mais cela boucherais définitivement une piste, la seule. La seule ? Non, mais Kynthia ne connaissait pas l'autre piste plausible, ou du moins ne voulait pas y penser. Car si elle voyait juste, alors la personne de sa vision était morte, et bien qu'elle le sache, elle ne pouvait, ne voulait l'admettre. Elle était persuadée qu'il n'était pas mort, elle voulait le retrouver.

_________________


Alors que le vent me porte, face à mon destin,
Alors que la vengeance m'exhorte de bannir ses assassins,
Je sais qu'il est là, pour guider mes pas.
Kynthia, ange fondatrice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frontierescelestes.forumsactifs.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Grimpette   Mer 18 Juin - 14:19

[désolée si c'est un peu court ^^"]

Un ange, avait-elle vu un ange par le passé ? Cette question l’intrigua, qu’est-ce qui motivait l’ange pour que celle-ci se comporte d’une façon aussi mystérieuse que cela, qu’est-ce qui faisait qu’une certaine frustration, aussi infime qu’à peine perceptible, vienne se peindre furtivement sur son visage lumineux et agréable à regarder ? Setsuko ne comprenait tout simplement pas, tout cela l’intriguait et la curiosité qui brûlait en elle comme un feu était à chaque fois titillé par un nouvel élément qui rajoutait encore une bûche au flamboiement déjà imposant de sa curiosité insatiable. Pendant un moment, elle se trouve être agacée sans que cela ne transparaisse, non pas par l’ange ou son comportement mais plutôt par ce double comportement qui, à l’instant, tentait de prendre le contrôle. L’adolescente triste voulait prendre la place de celle qui souriait, le fait étant qu’elle ne savait pourquoi ou si, au contraire, elle savait. Elle se trouvait en hauteur dans un endroit où en temps normal elle aurait été seule, en compagnie d’une ange qui l’intriguait mais qui posait des questions qui suscitaient en elle une certaine tristesse, une mélancolie qui lui appartenait sans que cela ne soit le cas, ce sentiment étrange et irrépressible qui prenait peu à peu le contrôle de ses pensées. Son sourire s’était affaissé, disparaissant et offrant un visage un peu plus sombre, ses yeux ne brillaient plus d’une malice contenue mais plutôt d’un vide ponctué par des éclats de tristesse insondable. Pourtant elle vivait, elle réfléchissait et elle pouvait toujours sourire, le cœur y était mais ce n’était plus pareil.

Elle lâcha un profond soupire puis se tourna vers la jeune femme qu’était Kynthia, tout sourire envolé, elle réfléchissait. Avait-elle déjà vu un ange. Son esprit volait continuellement vers cette race si noble et si belle, se plaisant à imaginer des êtres appartenant à cette race, s’amusant à ponctuer leur corps de petits signes distinctifs et s’était toujours étonnée de la réalité de ces « imaginations ». Jusque là la jeune femme était la seule qu’elle eut vu dans la réalité de l’humanité, cependant elle en avait vu, en rêve. Des rêves d’une réalité fascinante, remarquable, si réel qu’elle était persuadée qu’à ce moment elle aurait put tendre la main et effleurer d’un geste délicat une peau douce, des plumes éclatantes et sublimes. Dans un mouvement à la fois élégant mais emplit d’une tristesse accablante, elle posa deux doigts sur l’épaule de l’ange et appliqua une délicate pression sur la chair de l’ange.


- Maintenant que je t’ai touché, je suis persuadée de ton existence. Par le passé, je me souviens avoir rencontré un ange dans mes rêves, si réel qu’il me semblait pouvoir le toucher si je tendais la main. Lui aussi était triste…

Setsuko abaissa son bras et adressa un sourire à la jeune femme, tout cela prenait une tournure étrange et incompréhensible mais loin de se poser des questions comme elle aurait l’habitude de le faire, elle répondait simplement aux questions. L’esprit que l’on pouvait qualifier de poétique venant de la jeune fille était insondable, incompréhensible et ne suivait aucune logique véritable si ce n’était le court d’une suite de pensées à la fois cohérentes et incohérentes…
Revenir en haut Aller en bas
Kynthia
Ange
avatar

Nombre de messages : 1339
Age : 25
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Métier: Messagère du Vent
Niveau:
2/15  (2/15)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Grimpette   Mer 18 Juin - 21:22

[ Mais quel boulet, je viens de réduire UNE HEURE de boulot en cendre 😢 J'avais fait de loin le plus magnifique RP de ma vie, j'avais même mit trois métaphores et un subjoncif imparfait *la classe* et qu'est ce que je trouve de mieux à faire ???? Fermer la fenêtre en la confondant avec celle de mon vote pour un topsite 😢 😢 ]

Tandis que l'humaine semblait chercher dans ses souvenirs toute trace d'ange, Kynthia était en plein combat interne. Si elle était certaine d'une chose, c'est que la personne qu'elle croyait avoir vue en Setsuko était belle et bien morte bien que l'ange ne voulait pas l'admettre et essayait de se persuader du contraire. Seulement, lorsque l'humaine la toucha à l'épaule et qu'elle eut de nouveau cette même vision, vision toujours plus précise à chacune de ses aparitions, elle ne pû plus douter ce ce qu'elle venait de voir. Comme pour confirmer ses pensées, Setsuko affirma avoir déjà vu un ange en rêve, triste et si réel qu'elle aurait pû le toucher si elle l'avait voulu. Non elle ne l'aurait pas pû, puisque l'ange étant en elle. Cela Kynthia ne pouvait pas l'admettre, car accepter cette idée c'était prendre conscience que cet ami n'était pas mort mais que son esprit avait été arraché à son corps, le condamnant à errer tant qu'il ne trouverait pas la paix. C'était pire que la mort et l'ange fut boulversée en prenant conscience de cela. Seule une personne très puissante aurait pû infliger cela à son ami ... Mais il existait une infime chance qu'elle se trompe, elle devait se tromper, il n'en était pas possible autrement ! Seulement, comment vérifier ? Il lui était impossible de voir si oui ou non la conscience de cet être perdu se trouvait dans celle de l'humaine, partageant son corps sans qu'elle le sache ...

En y réfléchissant bien, il existait tout de même un moyen permettant à Kynthia de trouver la trace de cet esprit si toutefois il était là, seulement l'ange s'était promis de ne plus jamais y avoir recourt. La dernière fois qu'elle s'en était servi lui laissait un souvenir amer, suite auquel elle avait renoncé pour toujours, du moins elle l'espérait, à utiliser ses facultés mentales pour en apprendre plus sur les personnes qu'elle cotoyait, que ce soit amicalement ou pas. Mais rester dans l'ignorance lui faisait trop mal, elle ne pouvait pas rester sans savoir, sans avoir la preuve qu'elle se trompait, sans être certaine que Lothial n'était pas là, tout prèt, l'appelant au secours sans qu'elle l'entende. Une partie d'elle la poussait vers l'avant, lui ordonnait de rompre ce pacte passé avec elle-même tandis que l'autre la tirait, l'empêchant de prendre une décision. Elle se répetait qu'elle ne devait plus avoir recours à cela, et pourtant son coeur la suppliait de le faire. Le coeur gagna et Kynthia ferma les yeux, orrifiée par ce qu'elle s'apprêtait à faire, mais pourtant si résolue. Lorsqu'elle les reouvrit et qu'elle fixa Setsuko, ils avaient perdu de leur bel éclat et leur couleur était devenue sans charme, comme banale tant sa tristesse était grande. Elle saisit la main de l'humaine, car elle devait être en son contact, et lui dit d'une voix emplie de tristesse sincère :


- Pardonne moi.

La phrase resta en suspension dans l'air puis l'esprit de Kynthia laissa là son corps pour mieux entrer dans celui de Setsuko. L'humaine devait ressentir une sensation étrange, ressemblant à un liquide tiède lui ruisselant dans le cerveau sans pour autant qu'une chose matérielle y soit entrée. Une fois à l'intérieur, Kynthia érigea des barrières mentales pour ne saisir aucune des pensées de Setsuko, car elle ne voulait pas trouver des pensées lui appartenant pas trouver une trace d'une esprit étranger dans le sien. Ne voyant rien à cet endroit, elle décida de s'enfoncer un tout petit peu plus loin dans l'esprit de l'humaine, tout en renforçant ses barrières sur lesquelles des flots de pensées superficielles venaient s'écraser pour mieux repartir. L'on pouvait comparer l'esprit à un lac, la surface étant facilement atteignable tandis que le fond restait dangereux et qu'il était difficile de remonter une fois l'ayant atteind. Si proche de la surface, Kynthia ne risquait pas grand chose et avançait sans peine, scrutant le moindre détail pouvant la mettre sur la piste d'une quelquonque anomalie. Plus elle avançait, plus l'ange se sentait mal à son aise, mais elle continuait car elle ne se mettait pas en danger, pas encore du moins. Même si elle avait déjà trahi sa propre parole, elle ne referait pas la même erreur que la dernière fois, du moins c'est ce qu'elle pensait en cet instant. Bientôt elle arriva en un "lieu" - bien qu'il ne s'agisse bien entendu pas de cela, il n'y a pas de lieu dans l'esprit d'une personne - qui semblait être différent et Kynthia stoppa nette sa progression. Elle était arrivée à la limite d'où elle pouvait aller, continuer serait de l'inconscience. Au dela de cette limite, les pensées se transformaient en souvenirs, et l'on avait l'impression de progresser dans des lambeaux de brume colorés, ici bleu violacé.

Kynthia sentit une bouffée de joie et de soulagement l'envahir ! Si elle n'avait pas croisé de chose laissant penser qu'une autre personne était là, elle n'en croiserait certainement pas du tout, ce qui voulait dire que Lothial était bien mort et non pas condamné à rester sur terre telle une âme en peine. Mais à l'instant où elle s'aprettait à repartir, sortir du corps de l'humaine, elle aperçut une chose suspecte parmis la brume qui flottait silencieusement vers les profondeurs de l'esprit de Setsuko : une nappe de brume tirant vers le jaune orangé. Elle se figea, n'osant pas croire ce qu'elle avait tant redouter depuis qu'elle était là ... Cela faisait combien de temps d'ailleurs ? Aucun moyen de le savoir, elle espérait simplement ne pas trop s'attarder ... Elle n'hésita pas plus longtemps et avança parmis les souvenirs de l'humaine, tout en mobilisant toute son énergie à maintenir ses barrières mentales : elle ne tenait pas à voler les souvenirs de cette jeune femme, d'autant plus qu'en abaissant ses défenses elle exposait les siens à la conscience de l'humaine, ce qui risquait de lui donner des informations bien trop précieuse sur son peuple.

Kynthia rattrapa enfin la nappe de brume jaune, mais lorsqu'elle la toucha, elle fut assaillie par des centaines de souvenirs, souvenirs qu'elle possédait aussi pour la plupart, et dont elle faisait partie pour beaucoup d'entre eux. Elle comprit que depuis le début elle voyait juste, et cela lui fit tourner la tête ce qui eu un effet bien négatif : elle perdit sa concentration et la pression des souvenirs de l'humaine fit voler en éclat toute la résistance de l'ange, l'exposant dans le même temps aux souvenirs de Setsuko, à ceux de Lothial et aux siens allant se mélanger avec les autres. Elle se sentit aspirée vers le fond, sensation qui lui rappelait étrangement celle qu'elle avait eu la dernière fois. La suite était évidente, elle perdrait connaissance pendant de longues heures, pour se réveiller sans plus savoir qui elle était ...

Dans un sursaut de conscience elle parvint, à force de volonté, à sortir de l'esprit de la jeune humaine. Elle réintégra difficilement son corps, avec une migraine naissant dans sa tête, et trop pleins de choses tournoyant à l'intérieur de celle-ci. Elle lacha le bras de Setsuko et se recrequovilla à terre. Elle aurait voulu lui dire combien elle était désolée, elle était allée trop loin et elle le savait. Non seulement elle avait trahi sa propre parole, mais l'humaine par la même occasion. Seulement là, elle ne pouvait plus parler, elle ne pouvait que se tenir la tête qui lui semblait sur le point d'exploser tant sa douleur était intense. Elle aurait voulu mourir, mais elle ne le pouvait pas. Elle espérait que Setsuko la tue pour ne pas avoir affronter son regard.




[Si cela ne te convient pas n'hésite pas à me MP et je modifirais des trucs, je savais pas trop quoi faire ... ^^"

_________________


Alors que le vent me porte, face à mon destin,
Alors que la vengeance m'exhorte de bannir ses assassins,
Je sais qu'il est là, pour guider mes pas.
Kynthia, ange fondatrice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frontierescelestes.forumsactifs.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Grimpette   Mer 18 Juin - 22:46

[Arf, ça c'est le truc chiant, moi j'ai l'habitude de faire mes RP sur word comme ça sa empêche les perte sinutiles puisqu'il demande toujours si on est sûr de vouloir quitter sans enregistrer XD, de même que si on bug il y a la récupération]

Les paroles de l’ange la déconcertèrent tandis qu’une étrange impression venait parcourir sa colonne vertébrale, lui donnant l’affreux sentiment qu’un liquide se découlait lentement de son propre cerveau, une sensation horrible et…profondément dégoûtante. L’intrusion qu’elle avait perçue, légère, infime et pratiquement inexistante la fit se raidir brusquement. Demeurant immobile, elle ferma les yeux et tenta de mettre un peu d’ordre dans ses pensées afin de ne pas trop assaillir l’ange, lui éviter un maximum de problèmes. Serrant la main délicate de l’ange entre les siennes qu’elle avait jointe, elle se tenait prête à tout pour réagir en cas de problème, elle ne savait pourquoi mais elle était persuadée d’une chose : un quelconque ennuis et Kynthia en subirait les conséquences ce qui pouvait conduire en de nombreuses possibilités toutes plus dangereuses les unes que les autres. Attentive, elle resta immobile, les yeux fermés, le vent caressant leur deux visage tandis que l’humaine laissait faire l’ange sans faire preuve d’une quelconque peur, d’une quelconque rancœur, elle restait calme et impassible bien que, secrètement, elle espérait que l’ange ne s’attarderait pas trop sur son passé qu’elle préférait garder pour elle, du moins pour l’instant car, étrangement, elle se sentait proche d’elle malgré une rencontre récente. Pourtant elle restait une parfaite inconnue puisqu’elle ne savait que très peu de chose sur elle même si, dans un sens, elle était persuadée d’en savoir plus sur elle que n’importe qui se trouvant être humain, nain, elfe ou n’importe quoi d’autre. Elle s’était ouverte à elle, non pas avec facilité ni confiance mais presque malgré elle comme si Setsuko lui inspirait confiance et suscitait de l’intérêt et de la curiosité chez l’ange.

Elle ne s’en offusquait pourtant pas, et cette intrusion mentale dans son esprit ne l’énervait pas, ne la décevait pas, elle l’accueillait comme tel sans se révolter ou même tuer cette jeune femme qui, probablement inconsciemment, s’était raidie durant son voyage dans son esprit. Visualisait-elle des bribes de son passé ou peinait-elle à travers le flot de souvenir et de pensées, de réflexions et de logiques qui se cachait derrière cette nature calme et nonchalante de l’humaine ? Elle ne l’espérait pas, elle ne voulait pas que l’on découvre son passé autrement que d’elle-même, d’une autre façon que son propre choix de s’ouvrir à quelqu’un et de lui expliquer ce qui faisait qu’elle était ce qu’elle était. De l’autre côté, ce devait être épuisant et difficile ce genre d’expression, de plus le fait qu’elle se soit excusée avant montrait bien que c’était malgré elle, contre elle-même et probablement à l’encontre de ses propres convictions et engagements. S’était-elle montrée trop étrange et avait-elle suscité un sentiment à ce point puissant pour qu’elle dénigre ses propres convictions pour s’en assurer ? Elle devait avouer qu’elle ne comprenait pas. Elle ne suivait pas toute l’histoire et se contentait de suivre un fleuve tranquille qui lui permettait de ne pas se faire une entorse au cerveau. Ce calme surprenant était probablement un des rares moments où son incroyable énergie semblait être au repos et où son esprit se focalisait davantage sur la sérénité et le calme qu’autre chose. Dans ces moments là elle se montrait réfléchie, intelligente et particulièrement perspicace, à ces moments elle pouvait trouver des failles dans n’importe quel raisonnement sauf bien sûr ceux qu’elle approuvait mais même là…

Soudainement, un flot d’image et de paroles l’emportèrent, fronçant les sourcils elle n’y fit pas attention, tâchant de ne pas se montrer trop curieuse malgré sa nature qui, justement, l’était tout particulièrement et effroyablement même. Se retenant avec peine de plonger pour en savoir plus, pour comprendre la jeune fille, pour savoir ce qu’était la vie d’un ange, elle se tint un peu à l’écart et les ignora en se focalisant sur autre chose. Malgré cela, malgré ses précautions, elle entendit un nom : Lothial, par delà ce lien autant involontaire qu’inattendu, elle sentit la détresse et le désespoir de la jeune femme…ce qui renforça sa sympathie et son impression d’être proche d’elle. Elle n’analysa qu’un bref instant cette volée de sentiments représentant autant la surprise que l’effroi, instant suffisant pour que Kynthia ne se retire de son esprit. Se laissant tomber accroupie, elle se tint la tête entre les mains, souffrant visiblement d’un mal qu’elle ne pouvait ni comprendre ni endiguer cependant sa connaissance du corps humain pouvait peut-être lui être utile, même avec une ange. L’attrapant par les épaules, elle s’agenouilla et la força à s’étendre sur le sol rocailleux de la petite corniche et effleura délicatement les tempes de la jeune fille. Précise et délicate, elle posa ses doigts sur les paupières de l’ange et appuya délicatement ses pouces sur ses tempes tandis que ses index pressaient des points précis au niveau du front. Se faisant, elle garda les yeux ferma et calqua sa respiration sur celle de la jeune fille, elle aurait bien aimé avoir Sasha à côté d’elle, elle aurait put avoir à sa disposition des tas d’herbes pouvant soulager sa compagne du jour. Résolue, elle appuya un peu plus fortement sur un certain point se qui, temporairement du moins, allait l’endormir légèrement, entre l’éveil et le sommeil.

Attrapant l’ange avec douceur, elle la cala à moitié sur son épaule, à moitié sur sa hanche de manière à la tenir contre elle quoi qu’il arrive. S’approchant du bord, elle lâcha un profond soupire, contempla le profond précipice qui s’étendait sous elle et, dans un bond, s’engagea dans une désescalade s’approchant davantage d’une chute contrôlée qu’autre chose. Ses doigts crochetaient d’infimes prises moins d’une seconde et elle se laissait toujours tomber, contrôlant sa chute du mieux qu’elle le pouvait. Lorsqu’elle atterrit sur le sol herbeux plusieurs mètres plus bas, la jointure de ses doigts était entaillée en de nombreux endroits et le bout de ses doigts était en sang, témoignage simple que, malgré son expérience, avoir un double poids n’avait rien de facile à contrôler lors d’une chute pareille. Bien que l’ange était d’une légèreté surprenante, elle n’en restait pas moins un corps fait de chair et d’os qui portait sa contribution lors d’un acte pareil. La tenant toujours contre elle avec une précaution que pouvait très bien avoir une grande sœur envers sa cadette, elle s’agenouilla près de l’endroit où s’était étendu son compagnon animal. Celui-ci s’était endormit mais dès l’arrivée de sa maîtresse s’était éveillé et, curieux, reniflé l’air qui l’entourait pour identifier l’étrangère que transportait Setsuko. Ce qu’il sentit dû lui plaire puisqu’il lui fit un peu de place et, attentionné, tendit le sac de l’adolescente qu’il tenait toujours dans sa gueule. Elle le remercia d’un regard emplit d’une tendresse infinie et ouvrit son bagage, elle sortit sa peluche qu’elle confia à son compagnon à poil et attrapa deux choses : une corne remplit d’une poudre et une boîte en os contenant un onguent anesthésiant autant qu’il pouvait endormir…

Dans des gestes précis et confiant, elle étala un peu de l’onguent sur le front de l’ange, l’effet devait être immédiat car il s’agissait d’un mélange puissant mais non nocif que l’on utilisait généralement pour bloquer la douleur et plonger le patient dans un sommeil profond et tranquille. L’autre lui servit pour apaiser, il s’agit de menthe pilée qui dégageait une odeur entêtante mais apaisante. Soucieuse, elle avait placée l’ange de telle manière que le vent continue de la toucher mais qu’aucune bourrasque ne vienne l’ennuyer, attention touchante mais qu’elle savait probablement inutile. Le reste du temps, elle l’entreprit à soigner ses mains écorchées. Ses doigts ne demandèrent pas de bandage, en revanche le dos de sa main eut droit à un bandage serré, mais pas trop tout de même, n’entourant que le haut de sa main droite où une longue balafre était venue l’importuner. Assise en tailleurs, elle attrapa sa peluche et la serra contre elle comme une gamine cherchant un peu de réconfort. Elle contempla l’ange endormie tandis que Sasha était venue s’étendre à côté d’elle, l’arrière de son corps entourant la jeune fille tandis que sa gueule reposait à côté de ses jambes. De cette façon il pouvait surveiller les deux femmes mais essentiellement sa maîtresse qu’il gardait à l’œil, d’ailleurs il l’entendit parler à voix basse dans un souffle presque inaudible :


- Les excuses n’ont d’utilité que si ce que tu as fais nui à autrui…
Revenir en haut Aller en bas
Kynthia
Ange
avatar

Nombre de messages : 1339
Age : 25
Date d'inscription : 12/04/2008

Feuille de personnage
Métier: Messagère du Vent
Niveau:
2/15  (2/15)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Grimpette   Jeu 19 Juin - 1:08

[En effet, maintenant j'ai compris, d'autant que mon message d'avant, j'avais aussi eu un problème et il s'était effacé au moment de l'envoie T__T' *chanceuse*]

De ce qu'il se passa après qu'elle ait réintégré son corps, Kynthia ne se rappella rien, cependant elle sut que Setsuko l'avait aidée. Alors qu'elle se tenait la tête, espérant plus que tout quitter ce monde, elle se sentit partir ce qui la soulagea momentanément bien qu'elle ne sut pas sur le moment par quel miracle l'humaine avait pû l'endormir, bien que partiellement. L'ange se souvint d'avoir ensuite été ballotée mais n'en ayant qu'à demi conscience. Puis tout s'était calmé et elle avait dormi, d'un sommeil profond troublé par ce qu'elle venait de vivre. Elle avait une impression étrange, celle de tomber dans un trou sans fond, sans paroie et sans prise, indéfiniment. Cela dura une éternité lui sembla-t-il mais elle ne fit rien pour l'arrêter, trop épuisée pour réagir ou trop embrouillée pour s'en rendre compte. Au bout d'un moment, alors qu'elle commençait non pas à reprendre conscience, mais à se rendre compte d'elle même, elle en eu marre de tomber, et décida qu'il était temps de mettre fin à cette chute. Elle se retrouva donc en suspension, mais pouvait-on utiliser ce mot lorsque ce qu'il y avait autour de nous n'était rien, rien du tout, juste un vide immense à la signification inconnue et cachée ? Elle attendit là, observant le vide, se demandant où elle était. Elle savait qui elle était, mais elle ne se connaissait pas, comme étrangère à elle même, et ne se souvenait de rien. Qu'avait-il bien pu se passer ? Que faisait-elle là ? Son esprit avait préféré tout oublier des dernières heures plutôt que de devoir y repenser. Kynthia se sentait mieux au fur et à mesure que le temps passait, bien que l'écoulement de ce dernier n'avait aucune signification en ce lieu. Mais un souvenir ne peut se dissoudre, il reste là, caché prèt à ressortir et assaillir son propriétaire à la première occasion.

Tout à coup, Kynthia entendit du bruit derrière elle, la première chose qui lui vint à l'esprit fut "étrange, comment peut-on faire du bruit dans le vide ?". Mais alors qu'elle se retournait, le décord changea et elle se trouva sur un sol étrange mais tellement familier ... Elle était comme rentrée chez elle, là haut, dans le royaume de son peuple qui lui manquait tant. Le bruit venait toujours de derrière, et lorsqu'elle se retourna elle tomba horrifiée nez à nez avec ... Elle même. Dans un premier temps, elle ne se parla pas. Elle se contenta se s'observer. Bien qu'elles soient toutes deux totalement identiques, l'on pouvait distinguer une légère différence dans l'expression ; l'une triste et l'autre en colère. Passé ce moment silencieux, son double lui parla.


*Sais tu ce que tu viens de faire ? Non bien entendu, tu as préféré l'oublier plutôt que d'affronter tes actes. Tu te crois peut être morte ou tirée d'affaire, sache qu'il n'en ai rien ... Tu m'as profondément déçue Kynthia, tu le sais ?*

Kynthia baissa la tête, ne sachant que répondre puisqu'elle ne se souvenait de rien bien qu'elle ait conscience que sa mémoire était emputée partiellement. Pourtant elle souhaitait maintenant se rappeler de ce qu'il s'était passé, et de ce qui l'avait rendu si en colère contre elle-même. Alors qu'elle allait se répondre, le décord changea pour se figer sur un autre moment de son passé, moment qu'elle se rappelait avoir revécu récemment. En effet, il s'agissait d'éxactement la même scène qui s'était déroulée quelques heures auparavant, la scène avec l'archange. Celle où elle répètait sans cesse le principe fondateur de sa communauté affirmant que toutes sortes de sentiments équivalait plus ou moins à de la faiblesse. Cette fois son double ne dit rien, laissant le soin à Kynthia d'aprécier la scène à sa juste valeur mais ne soufflant mot sur ce qui venait de se passer. Cependant, alors que la scène de l'archange et du principe fondateur s'achevait, elle fut propulsée dans une pièce étrange dont elle ne devina l'utilité qu'après en avoir inspecté les murs. Ils contenaient des lambeaux de brume qui n'étaient d'autre que ses propres souvenirs. Les lambeaux étaient d'une couleur orangée mais très pâle, à la limite de la transparence ce qui accentuait l'effet d'iréel. Elle sût d'instinct ce qu'elle devait faire : trouver le souvenir qui lui manquait. Elle se mit alors à le chercher, observant rapidement les centaines de souvenirs amassés là, passant rapidement sur les moins bons s'attardant parfois sur les meilleurs. Quoi qu'il en soit, après quelques temps de fastidieuse recherche, elle trouva enfin le souvenir en question, reffoulé tout au fond de cette pièce étrange. En s'approchant elle fut prise de frisson, et en l'atteignant le décord changea enfin, elle se revit plusieurs années en arrière en train de se jurer que jamais plus elle ne pénètrerait dans l'esprit d'un autre être.

Elle se douta alors de ce qu'il venait de se passer et regarda étrangement la main qui tenait toujours le souvenir immatériel mais pourtant bien présent. Elle décida qu'il était temps de retrouver la mémoire et de savoir enfin pourquoi elle avait préféré l'oublier, s'enfuir comme une lâche. Alors même qu'elle avait pensé ceci, le filament orangé se fondit dans sa main, réintégrant le souvenir à sa mémoire amputée. Elle repartie dans ce vide noir dans lequel elle tombait, tombait toujours plus bas sans pour autant bouger. Ainsi elle s'était trahie, elle avait de nouveau fait les mêmes erreurs que par le passé ? Cependant cette fois c'était différent, elle y avait été pour quelque chose et était ressortie avec quelque chose : la certitude. Elle savait maintenant le pourquoi du comment. Setsuko était habitée depuis toujours par un autre esprit, esprit se trouvant être celui d'un ange disparu environ cinq ans avant sa naissance. Cet ange elle l'avait connu et avait été très proche de lui, c'est d'ailleurs sa mort qui l'avait poussée à être si agressive envers les sombres. Cette prise de conscience la plongea dans une profonde tristesse et elle disparue dans ce vide. Lorsqu'elle reprit conscience dans le monde réel, elle ne se souvenait pas d'avoir entendu l'humaine prononcer le moindre mot, pourtant elle l'avait entendu ce qui l'avait très certainement aidée à se réveiller.

Elle ouvrit les yeux, se rendant compte que la nuit était arrivée, et qu'elle se trouvait à terre en non plus sur la falaise. Elle eu soudain envie de pleurer, envie qu'elle refoula, comme toujours. Pourtant cette fois là, elle repensa à ce que lui avait dit Setsuko quelques heures avant. L'humaine était là, tout près d'elle mais l'ange ne parvenait pas à savoir si elle dormait ou pas. Elle aurait voulu bouger, parler, mais ses muscles ne lui obéissaient pas, et une douleur sourde lui prenait la tête. Elle décida donc d'attendre, les yeux grand ouvert sur le ciel ne comportant pas d'étoile.

_________________


Alors que le vent me porte, face à mon destin,
Alors que la vengeance m'exhorte de bannir ses assassins,
Je sais qu'il est là, pour guider mes pas.
Kynthia, ange fondatrice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frontierescelestes.forumsactifs.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Grimpette   Sam 28 Juin - 15:49

[Désolée pour l'absence >_<]

L’adolescente reposait là, sur le sol à moitié rocailleux de la base de la falaise, l’herbe était pourtant présente mais rien ne l’empêchait de sentir les cailloux de différentes grosseurs rentrer dans sa chair. Indifférente à la douleur, préférant plutôt se concentrer sur l’état lamentable de ses mains, elle avait posé Kynthia sur une couverture pliée en trois de manière à ce que les deux tiers reposent sous le dos de l’ange afin de lui éviter des douleurs inutiles à cause des pierres et que le reste vienne l’envelopper doucement comme une couverture devait le faire. Setsuko, elle, se contentait de rester assise, le regard souvent levé vers les cieux, se retenant à grande peine de ne pas aller se réfugier dans un coin, sur une corniche à mi hauteur pour faire comme tous les soirs et réfléchir à tout ce qui lui enserrait le cœur lorsque la lune reprenait ses droits sur le ciel. Sasha se tenait dans son dos, s’enroulant autour d’elle de telle sorte qu’elle puisse se reposer quelque peu contre lui. C’était inutile, elle se tenait droite, ses longs cheveux rose cascadant sur ses épaules et venant caresser la douce fourrure du loup, ce dernier dormait paisiblement quoique à l’affût du moindre bruit suspect afin de porter assistance à sa compagne de toujours. Pour sa part, elle ne pensait à rien, ou, tout du moins, s’efforçait à ne penser à rien. Assaillie de toute part par des réflexions, des souvenirs et des conclusions auxquelles elle était parvenu depuis le temps, tout cela devenait agaçant et sa gorge se nouait au fil des pensées qu’elle tentait de refouler avec peine. L’animal ressentait parfaitement le trouble qui enveloppait doucement la jeune fille mais, sincèrement, que pouvait-il y faire ? Loin d’être doué de parole, il n’était en aucun cas capable de l’aide sur ce plan là.

Se serrant davantage contre elle afin de lui offrir sa présence et sa chaleur, il la vit sourire malgré le brouillard de ses pensées, de nouveau dans la réalité, ou tout du moins pour les quelques instants à venir, elle serra davantage contre elle Doudou, sa peluche, son seul et unique bien pour lequel elle était capable de tout autant que pour son loup. Ses deux…biens étaient si précieux qu’elle n’osait même pas imaginer ce qu’elle ferait si quelque chose survenait. Elle qui était si calme d’ordinaire aurait été capable de faire les pires choses possibles dans ce cas là, elle savait que si on lui prenait Doudou ou Sasha, elle entrerait dans une rage sanglante qui pourrait causer bien des maux et des morts, le sang guerrier qui coulait dans ses veines n’attendait que cela pour s’embraser et la consumer aussi sûrement qu’un feu de forêt, de là, elle était persuadée qu’en ces instants de rage pure, elle serait capable de tuer plus que de raison, de faire un véritable carnage et, probablement, de réduire un village à l’état de souvenir juste pour retrouver ces choses si précieuses qu’elle possédait. Oui, elle se savait prête à tout. La joie et la tristesse n’existeraient plus et laisseraient place à une simple envie de tuer, à une envie irrépressible de récupérer ses biens coûte que coûte. Sasha le savait aussi bien qu’elle, en cela, il le savait mieux que personne pour avoir déjà vu de quoi elle était capable en ces cas là. Il se souvenait dans sa mémoire confuse d’odeur et de bruit, d’un jour il s’était fait avoir et emmené loin de sa maîtresse adoré. Fou de douleur à cause de la séparation, il n’avait jamais vu Setsuko dans cet état de rage incontrôlé, effrayé au possible il s’était caché d’elle jusqu’à ce qu’elle soit de nouveau redevenue « normale » comme il aimait à le penser.

En effet, deux jours après son enlèvement, deux jours après sa séparation, il l’avait vue ouvrir une porte qui, sous le coup, s’était décroché de ses charnières avant d’exploser en un nuage de copeaux de bois s’éparpillant dans la pièce. Les hommes qui se trouvaient là n’avait pas eu l’intention de faire chanter la gamine mais plutôt de dépecer l’animal afin d’en faire une douce fourrure. L’idée avait touché l’adolescente et son regard d’ordinaire si joyeux, si sympathique ou si triste et si profond s’était alors teinté d’une folie meurtrière effrayante. Ses cheveux étaient attaché en une natte fine qui coulait dans son dos, elle avait néanmoins laissé de nombreuses mèches glisser devant son regard qui brillait d’une lueur malsaine et malveillante. Les hommes présents s’était mit à rire…inconscients du danger qui les menacés ils avaient cru bon de se moquer d’elle et l’avaient payé de leur vie. Elle était entrée dans une furie terrible qui avait retapissé la cabane en bois d’écarlate, le sol n’était pas épargné et était jonché de morceau de corps. Setsuko s’était montré cruelle et implacable, d’une sadisme sans fin insoupçonnable jusqu’à preuve du contraire. Il ne l’avait jamais vu ainsi en dehors de cette fois là et s’était juré de ne plus jamais être la cause d’un tel débordement. Il la savait capable du pire même pieds et poings liés, il savait que même saucissonnée, elle serait capable de se lever, de sautiller et de donner des coups de n’importe quelle manière possible, après tout ne l’avait-il pas déjà vu assommer d’un homme d’un coup de tête après que cette personne eut essayé de la capturée pour la rançon ? Attachée, elle s’était levé d’une mystérieuse manière, avait sautillé jusqu’à son ravisseur qui était en train de fouiller dans son sac et ne tarderait plus à trouver Doudou, lui avait conseillé de reposer le sac, ayant refusé en riant, il s’était mangé un beau coup de boule en pleine figure ce qui l’avait assommé aussi efficacement qu’avec une massue. Un rien sonnée sur le coup, elle s’était libéré et avait consciencieusement marché sur le corps inerte de l’homme pour aller récupéré ses affaires avant de le laisser seul, dans la cabane, inconscient.

En plus d’être une personne unique en son genre, Setsuko était imprévisible au delà du réel si bien que les gens ne la prenaient pas au sérieux avant de réaliser, trop tard, qu’ils avaient affaire à plus fort qu’eux. Sasha l’avait d’ailleurs appris à ses dépends. Un jour il lui avait piqué sa peluche tant aimé avant de détalé comme un fou furieux, louvoyant entre les arbres de la forêt, il était persuadé qu’elle ne le rattraperait jamais. Il avait été surpris de l’apercevoir quelques mètres plus loin, une lueur folle dans les yeux et l’air pas commode. Il ne l’avait pas entendu, pas un souffle d’air au dessus de l’autre, alors qu’il s’enfonçait dans la forêt, il avait jeté un coup d’œil derrière lui et l’avait vue encore dans le campement mais elle était là, devant lui. Jamais il n’avait compris et probablement qu’il ne comprendrait jamais mais il était sûr d’une chose : Setsuko était plus que tout ce qu’on pouvait imaginer malgré sa nature de simple humaine. Tandis qu’elle baissa les yeux vers le corps inerte de l’ange, le regard vide de l’adolescente s’éclaira soudainement et un sourire perça la barrière de ses lèvres. L’ange avait les yeux ouverts et contemplait les cieux avec un regard insondable. Bougeant imperceptiblement, Setsuko attrapa quelque chose qui se trouvait non loin d’elle et s’agenouilla près de Kynthia. Elle dévissa une gourde et se pencha sur l’ange :


- Tiens, bois, cela te fera du bien.

Liquide glacé mais qui diffusait une chaleur agréable dans tout le corps, le Felnir était le meilleur moyen de revigorer un corps endoloris. Le fait étant que Setsuko s’était déjà occupé de ses blessures au niveau des mains et des avants bras, elle releva doucement la tête de l’ange d’une main et approcha le goulot de ses lèvres, attendant patiemment une réaction. Durant le sommeil de l’ange, après l’avoir guetté un certain temps, elle en était venu à en déduire qu’elle ne se réveillerait pas avant le crépuscule, l’aube tout au plus et avait donc décidé qu’elle chasser lui changerait les idées. De sa chasse fructueuse, comme d’habitude, elle ramenait quatre lièvres qu’elle avait consciencieusement dépecé puis vidé avant de faire griller les abats sur une plaque de pierre relativement plate sur le lit de braise qu’elle avait dressé peu après son retour. Elle avait ramené au loup une carcasse de chevreuil qu’elle avait laissé à la lisière de la lointaine forêt, le tout ayant été tué à l’aide de ses couteaux de lancer et de ses tactiques de chasse infaillibles…du moins jusque là. Il en restait d’ailleurs suffisamment pour que l’ange se restaure correctement, Sasha ayant déjà terminé son repas avec plaisir…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Grimpette   

Revenir en haut Aller en bas
 
Grimpette
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ancienne Version-
Sauter vers: